respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

Dernière mise à jour du site le 14/04/2014

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Exploration Fonctionnelle Respiratoire (EFR)

Créé le 29/02/2000 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 22/12/2008)
     
     

Fonction respiratoire

L'exploration fonctionnelle respiratoire a 4 objectifs
diagnostic (ex : définition de la BPCO : VEMS/CV < 70 %)
évaluation de la sévérité (ex : BPCO : classification GOLD)
évaluation du pronostic
suivi de l'évolution de la maladie respiratoire

Elle doit être précoce car la connaissance par le malade de "ses chiffres" est le début de son éducation thérapeutique et souvent un fort encouragement au sevrage tabagique.

EFR

L'exploration fonctionnelle respiratoire a pour but d'étudier
les débits bronchiques
les volumes pulmonaires
les échanges gazeux.
La connaissance de l'état de la fonction ventilatoire permet de comprendre les raisons d'une anomalie des échanges gazeux et d'envisager la prévention d'une dégradation éventuelle.
La qualité des échanges gazeux au repos ne présage pas de l'absence d'anomalie à l'exercice ou pendant le sommeil.


Débits ventilatoires forcés

Courbe débit-volume
Cet examen permet d'avoir une connaissance précise des débits bronchiques mais, chez le médecin et à un instant donné.
Le Pico-6 est un appareil très simple d'utilisation qui mesure le rapport du volume expiré en une seconde / le volume expiré en 6 secondes ; le résultat est souvent une bonne approximation du rapport VEMS/CVF qui permet de définir un syndrome obstructif.

Débit-métrie de pointe
Cet examen permet d'avoir une connaissance simplifiée des débits bronchiques mais, il peut être répété, exécuté par le malade à domicile dans sa vie quotidienne.

Ces deux examens se complètent


Volumes pulmonaires : La spirométrie

Méthodes
Pléthysmographie corporelle totale
    méthode de référence qui permet de mesurer la totalité des volumes et capacités pulmonaires.
Dilution à l'Hélium 
   
utilisée dans les contre-indications de la pléthysmographie corporelle totale (exemple : traumatismes, claustrophobie ...)
inconvénient : le volume mesuré ne correspond qu'au volume de dilution de l'Hélium, donc au volume ventilé. De ce fait, il y a un risque de sous-estimation chez les sujets avec obstruction bronchique.
  
Résultats

Capacité pulmonaire totale (CPT)

   

Volume gazeux présent dans le poumon à la fin d'une inspiration complète

Valeur théorique
Homme = (7,992 x H) - 7,081
Femme = (6,602 x H) - 5,791
H = Taille en mètres

Volume courant (VT)
    Volume gazeux inspiré ou expiré au cours du cycle ventilatoire
Capacité vitale (CV)
    Volume gazeux mobilisé entre les positions d'inspiration complète et d'expiration complète
   

2 méthodes de mesure
capacité vitale lente (CVL)
capacité vitale forcée (CVF) : elle intègre la compression dynamique des bronches et peut être plus basse que la CVL. CVF est donc toujours à CVL. Dans le cas contraire, l'examen doit être considéré comme de mauvaise qualité.
Chez un sujet normal : CVF = CVL .
Lorsque CVF < CVL cela traduit une obstruction distale.
Le vrai rapport de Tiffeneau est : VEMS/CVL

Valeur théorique de CVF:
Homme = (5,757 x H) - (0,026 x A) - 4,345
Femme = (4,426 x H) - (0,026 x A) - 2,887
H = Taille en mètres
A = Age en années

Capacité résiduelle fonctionnelle (CRF)

   
Volume gazeux présent dans le poumon et les voies aériennes au niveau moyen de la fin d'expiration

Volume de réserve expiratoire (VRE)

    Volume maximal qu'il est possible d'expirer en partant du volume courant

Volume de réserve inspiratoire (VRI)

    Volume maximal qu'il est possible d'inspirer en partant du volume courant
Le rapport VRI/CPT est un facteur de risque indépendant de mortalité chez les patients BPCO
Volume résiduel (VR)
    Volume gazeux restant dans le poumon à la fin d'une expiration complète (volume non mobilisable)
 
La mesure des volumes permet de définir
le syndrome restrictif

l'hyperinflation (distension)
On distingue 2 types de distension :
- statique, observée pendant la respiration de repos chez le patient emphysémteux
- dynamique qui peut se constituer de 2 manières
active, observée dans l'asthme, avec contraction des muscles inspiratoires avant que l'expiration ne soit terminée
passive, observée dans la BPCO (exacerbation, hyperventilation à l'exercice), avec augmentation du volume courant et raccourcissement du temps expiratoire rendant impossible le retour du volume pulmonaire à sa valeur d'équilibre pendant l'expiration. On observe ce phénomène chez les patients avec une capacité de diffusion du CO plus basse, des anomalies plus importantes des petites voies aériennes et une hypeventilation à l'exercice plus importante.
Il existe une corrélation négative entre la capacité inspiratoire de repos et l'importance de la distension à l'exercice.
A mesure que la distension dynamique se forme, la respiration devient plus superficielle et rapide, juqu'à un plafond ; plus la distension est importante au repos, plus bas sera le niveau de ventilation auquel le plateau de volume courant apparaîtra.
De petites améliorations de la capacité inspiratoire conduisent à des améliorations cliniquement significatives de la dyspnée et de la tolérance à l'exercice chez les patients BPCO modérés à sévères.
L'oxygénothérapie réduit la fréquence respiratoire à l'exercice et la vitesse de constitution de la distension dynamique ; cette amélioration de la dyspnée est, sans doute, aussi due à des changements cardio-vasculaires, musculaires et métaboliques induits par l'oxygène.
Les bronchodilatateurs améliorent la vidange alvéolaire et diminuent le volume résiduel et le volume de fin d'expiration.
La chirurgie de réduction de volume pulmonaire améliore les débits expiratoires.

Avantages : L'hyperinflation dynamique est mieux corrélée que le VEMS à la limitation d'activité et à la dyspnée d'effort
Inconvénients : La reproductibilité de la mesure de la CRF et du VR en valeur absolue reste à démontrer. Il n'y a pas de classification standardisée de l'hyperinflation et on n'a pas défini de différence minimale significative ; en pratique on s'en tient à des chiffres de 120 à 130 % des valeurs prédites de VR, CPT et CRF mais ces seuils n'ont pas été validés. L'évolution naturelle de l'hyperinflation dynamique n'est pas connue et semble très variable dans les BPCO (O'Donnell, 2006).

Réf
O'Donnell DE, Laveneziana P. Physiology and consequences of lung hyperinflation in COPD. Eur Respir Rev 2006;15:61–7
O'Donnell DE. Implications cliniques de la distension thoracique, ou quand la physiopathologie change la prise en charge thérapeutique. Rev Mel Respir 2008;25:1305-18

 


Méthode d'analyse

Réactivité bronchique

Echanges gazeux

Tests d'exercice

Autres techniques

Applications
Pathologies bronchiques (BPCO, asthme)
Pathologies pulmonaires (Pneumopathies infiltratives, fibrose)

Exercices

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2014

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1