respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Sevrage tabagique
Résultats attendus en terme de santé

Créé le 12/03/2004 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 30/09/2012)
     
     

   
A court terme  

VADS : voies aéro-digestives supérieures

Réf :
Conférence d'experts sur le tabagisme péri-opératoire. SFAR 2005
 
   

Le risque opératoire
L'arrêt du tabac avant une intervention chirurgicale programmée permet de diminuer les complications post-opératoires (niveau 2).
Il est recommandé de proposer un arrêt du tabac ou une diminution de la consommation de tabac par des substituts nicotiniques au moins 6 semaines avant une intervention chirurgicale (grade B).

Réf :
Moller AM, Villebro N, Pedersen T, Tonnesen H. Effects of preoperative smoking intervention on postoperative complications: a randomised clinical trial. Lancet 2002;359:114-7
Nakagawa M, Tanaka H, Tsukuma H, Kishi Y. Relationship between the duration of the preoperative smoke-free period and the incidence of postoperative pulmonary complications after pulmonary surgery. Chest 2001;120:705-10
Schwilk B, Bothner U, Schraag S, Georgieff M. Perioperative respiratory events in smokers and nonsmokers undergoing general anaesthesia. Acta Anaesthesiol Scand 1997;41:348-55

 
   

Le risque obstétrical
L'arrêt du tabagisme de la femme enceinte pendant le premier trimestre de la grossesse réduit pratiquement le risque de complications au niveau de la femme non fumeuse.

 
   
A long terme  
   
3 situations sont à considérer :  
fumeur sans symptôme respiratoire  
fumeur avec symptômes respiratoires  
  sans obstruction bronchique  
 

avec obstruction bronchique (BPCO)

 

La bronche
Chez les sujets sans symptômes, toutes les études montrent que l'arrêt du tabagisme est suivi d'une réversibilité, au moins partielle, des lésions. Celle-ci semble varier selon le niveau des voies aériennes : les petites bronches connaissent une amélioration notable et durable ; les lésions acinaires ne connaissent qu'une amélioration passagère (Verbanck, 2006).
On observe à un an de sevrage une baisse des paramètres de l'inflammation bronchique (taux d'éosinophiles, neutrophiles, mcrophages, IL-8) (Willemse, 2005).
Chez les sujets avec symptômes, l'inflammation des voies aériennes semble persister avec, peut être, une réversibilité partielle. On observe une réversibilité, au moins partielle, de l'hyperplasie des cellules caliciformes.
Chez les sujets BPCO, on observe à un an de sevrage une persistance de l'inflammation sur les biopsies bronchiques et une augmentation des paramètres de l'inflammation (taux de neutrophiles, macrophages, lymphocytes, cellules épithéliales, IL-8, protéine cationique des éosinophiles) sans qu'on sache si cela est dû à une poursuite du processus lésionnel ou à un processus de réparation (Willemse, 2005).

Réf :
Lapperre TS, Postma DS, Gosman MME, Snoeck-Stroband JB, ten Hacken NHT, Hiemstra PS, Timens W, Sterk PJ, Mauad T, on behalf of the GLUCOLD study group. Relation between duration of smoking cessation and bronchial inflammation in COPD. Thorax 2006;61:115-21
Verbanck S, Schuermans D, Paiva M, Meysman M, Vincken W. Small airway function improvement after smoking cessation in smokers without airway obstruction. Am J Respir Crit Care Med 2006;174:853-7
Willemse BWM, Postma DS, Timens W, Ten Hacken NHT. The impact of smoking cessation on respiratory symptoms, lung function, airway hyperresponsiveness and inflammation. Eur Respir Dis 2004;23:464-76

Willemse BW, ten Hacken NH, Rutgers B, Lesman-Leegte IG, Postma DS, Timens W. Effect of 1-year smoking cessation on airway inflammation in COPD and asymptomatic smokers. Eur Respir J 2005;26:835-45

Les symptômes
La toux, l'expectoration, les sifflements, la dyspnée disparaissent dans 80% des cas en 5 ans chez les sujets avec un VEMS > 50% (classe II) ; l'essentiel de l'amélioration est observé la première année.
La simple réduction de la consommation de cigarettes est associée à une modification minime des symptômes respiratoires chroniques présents.

Réf :
Simmons MS, Connett JE, Nides MA, Lindgren PG, Kleerup EC, Murray RP, Bjornson WM, Tashkin DP. Smoking reduction and the rate of decline in FEV(1): results from the Lung Health Study. Eur Respir J 2005;25:1011-7
Willemse BWM, Postma DS, Timens W, Ten Hacken NHT. The impact of smoking cessation on respiratory symptoms, lung function, airway hyperresponsiveness and inflammation. Eur Respir Dis 2004;23:464-76

La fonction respiratoire
Chez les sujets sans symptômes, le déclin de la fonction respiratoire retrouve le rythme des non-fumeurs après 2 ans ; il n'est pas démontré qu'il y ait une amélioration lors de l'arrêt.
Chez les sujets avec symptômes, le sevrage tabagique ralentit le déclin de la fonction respiratoire.

Chez les BPCO, on observe à un an de sevrage une quasi stabilité des paramètres fonctionnels (Willemse, 2005).

L'hyper-réactivité bronchique (HRB)
Chez les sujets sans/avec symptômes respiratoires, il n'y a pas d'amélioration de l'HRB à l'arrêt du tabagisme, mais l'aggravation cesse, sans doute du fait d'une moindre dégradation du VEMS comparé aux fumeurs persistants.

Réf :
Willemse BWM, Postma DS, Timens W, Ten Hacken NHT. The impact of smoking cessation on respiratory symptoms, lung function, airway hyperresponsiveness and inflammation. Eur Respir Dis 2004;23:464-76

Le risque de cancer

Le recours au soin
Peu d'informations sont disponibles sur les effets à long terme du sevrage tabagique sur la consommation de soins (hospitalisations, recours aux urgences, visites médicales). Une étude internationale est en cours (West, 2006).
Le sevrage tabagique est associé à une réduction significative du risque d'hospitalisation (environ 40 %) qu'on n'observe pas avec la simple réduction du tabagisme (Godtfredsen, 2002).
On a montré, dans une population d'hommes (70 % âgés de plus de 50 ans), que le risque d'hospitalisation pour pneumonie était plus faible chez les non-BPCO anciens fumeurs que chez les non-BPCO fumeurs ; cette baisse de risque apparaissait après 10 ans de sevrage. Chez les sujets BPCO cette diminution du risque n'apparaissait pas (Cecere, 2012).
L'interdiction du tabac en Irlande, au travail et dans les lieux publics, a conduit à une baisse des hospitalisations en urgence pour
asthme et pneumonies,
toutes causes respiratoires chez les les sujets de 20 à 40 ans,
syndrome coronarien aigu chez les sujets de 50 à 69 ans (Kent, 2012).

Réf :
Cecere LM, Williams EC, Sun H, Bryson CL, Clark BJ, Bradley KA, Au DH. Smoking cessation and the risk of hospitalization for pneumonia. Respir Med 2012;106:1055-62
Godtfredsen NS, Vestbo J, Osler M, Prescott E. Risk of hospital admission for COPD following smoking cessation and reduction: a danish population study. Thorax 2002;57:967-72
Kent BD, Souleiman I, Nicholson TT, Lane SJ, Maloney ED. Acute pulmonary admissions following implementation of national workplace smoking ban. Chest 2012;142:673-9
West R, Gilsenan A, Coste F, Zhou X, Brouard R, Nonnemaker J, Curry SJ, Sullivan SD. The ATTEMPT cohort: a multi-national longitudinal study of predictors, patterns and consequences of smoking cessation; introduction and evaluation of internet recruitment and data collection methods. Addiction. 2006;101:1352-61

La mortalité
Le sevrage tabagique réduit le risque de mortalité.
Le fumeur qui s'arrête à 25-34 ans a une courbe de survie presqu'identique à celle d'un non-fumeur ; il gagne environ 10 ans de vie.
Celui qui s'arrête
entre 35 et 44 ans gagne 9 ans de vie ; il réduit son excès de risque de décès toutes causes d'environ 90 % ;
entre 45 et 54 ans gagne 6 ans de vie ;
entre 55 et 64 ans gagne 4 ans de vie.
L'excès de mortalité chez les fumeurs est surtout lié aux maladies cancéreuses, vasculaires et respiratoires (Jha, 2013).

La simple réduction du tabagisme n’est pas associée à une baisse de la mortalité liée au tabac.

Réf :
Godtfredsen NS, Holst C, Prescott E, Vestbo J, Osler M . Smoking reduction, smoking cessation, and mortality: a 16-year follow-up of 19,732 men and women from The Copenhagen Centre for Prospective Population Studies.  Am J Epidemiol 2002;156:994-1001

Jha P, Ramasundarahettige C, Landsman V, Rostron B, Thun M et al. 21st-century hazards of smoking and benefits of cessation in the United States. N Eng J Med 2013;368:341-50

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1