respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Tabac et Peau

Créé le 31/12/2005 Auteur : MS. Doutre (Mis à jour le 30/10/2006)
     
     

Les répercussions de l’intoxication tabagique sur la peau sont multiples, certaines atteintes étant bien documentées, d’autres plus contradictoires (1, 2).

La toxicité du tabac est due à sa combustion. Il existe plus de 4 000 composés chimiques dans la fumée dont des gaz (monoxyde de carbone), des substances irritantes (aldéhydes, phénols…), la nicotine et ses dérivés, des goudrons… qui peuvent agir au niveau du revêtement cutanéo-muqueux.

Le tabagisme est responsable d’une accentuation du vieillissement cutané entraînant des modifications du visage (smoker’s face) (3) qui s’ajoutent à celles induites par les ultra-violets dans les zones découvertes : la peau est grisâtre, atrophique, parcourue de ridules à disposition radiaire autour de la bouche, au niveau du canthus externe et de rides profondes des joues.
Sur le plan histologique, il existe des anomalies des fibres élastiques secondaires à des altérations vasculaires (diminution de la perfusion cutanée) et à une production exagérée d’élastases et de ROL par les neutrophiles. Ces effets semblent dose-dépendants, plus importants chez la femme du fait de l’activité anti-oestrogénique de la nicotine mais il existe certainement des facteurs de susceptibilité personnelle (4).

Il existe aussi des modifications des phanères [cheveux cassants, ternes, prématurément gris (5), ongles jaunes…] et de la muqueuse buccale (langue noire, gingivite, parodontite…).

L’intoxication tabagique favorise l’apparition de cancers cutanéo-muqueux (6).
Ce sont surtout des carcinomes épidermoïdes que l’on observe habituellement au niveau de la lèvre inférieure et de la cavité buccale, pouvant survenir sur une muqueuse saine mais le plus souvent sur des zones de kératose. Ces lésions pré-cancéreuses, présentes chez ¾ des consommateurs de tabac au long cours, se transforment en cancers dans 5 à 20 % des cas, après une dizaine d’années d’évolution. Les carcinomes épidermoïdes de la région ano-génitale  sont également plus fréquents chez les fumeurs.

Le tabac n’est pas un facteur de risque d’apparition de mélanome mais chez le fumeur, les métastases sont plus fréquentes et la mortalité paraît plus importante.

De nombreuses études démontrent clairement que le tabac favorise ou aggrave certaines dermatoses inflammatoires telles que le psoriasis, la dermatite atopique (7), certains eczémas de contact (8) mais également des affections des glandes sébacées comme l’acné, les kystes épidermiques, surtout péri-auriculaires, les hidrosadénites suppurées (maladie de Verneuil) (9).

Parfois, il peut exister des manifestations allergiques à type d’urticaire ou d’eczéma du visage, du cou, des mains, par contact direct avec différents constituants de la cigarette (ou des allumettes…) ou par voie aéroportée.

Le tabac a également des effets délétères sur la cicatrisation, en entraînant une vaso-constriction, une augmentation de l’adhésivité plaquettaire et une diminution du transport d’oxygène aux tissus. La cicatrisation est donc plus lente, avec un risque de nécrose des lambeaux et greffes et des résultats moins satisfaisants après chirurgie plastique.

Le tabagisme joue aussi un rôle considérable dans la survenue d’artériopathies, que celles-ci soient d’origine athéromateuse ou inflammatoire, comme la maladie de Buerger.
Le syndrome de Raynaud est souvent aggravé chez les fumeurs.

Les différents produits de combustion du tabac peuvent interférer avec le métabolisme de certains médicaments prescrits pour des affections dermatologiques, tels que les anti-paludéens de synthèse. Il est en effet observé une moins bonne réponse chez les patients fumeurs traités pour un lupus que chez les non fumeurs (10).

 Certaines réactions cutanées peuvent apparaître quand on arrête de fumer … : irritation ou dermite de contact due aux patchs de nicotine ; prurit, urticaire secondaires à la prise de bupropion…

 Mais le tabac pourrait parfois être bénéfique… par ses effets vaso-constricteurs et donc anti-inflammatoires, et immunosuppresseurs dans certaines dermatoses. C’est ce qui est rapporté, le plus souvent de façon anecdotique, dans l’aphtose buccale, le pyoderma gangrenosum, le pemphigus…

 Enfin, il ne faut pas oublier les dermatoses professionnelles, plus souvent d’origine irritative qu’allergique survenant lors de la culture du tabac ou de la fabrication de cigarettes.

Réf :
1/ Smith JB, Fenske NA. Cutaneous manifestations and consequences of smoking. J Am Acad Dermatol 1996;34:717-32
2/
Bour-Guichenez G et coll. Peau et tabagisme. Alcoologie et addictologie 2000;22:43-50
3/ Model D. Smoker’s face : an underrated clinical sign? BMJ 1985;291:1760-2
4/ Frances C. Smoker’s wrinkles : epidemiological and pathogenic considerations. Clin Dermatol 1998;16:565-70
5/ Trueb RM. Association between smoking and hair loss. Another opportunity for health education against smoking? Dermatology 2003;206:189-91
6/ De Hertog SA. et al. Relation between smoking and skin cancer. J Clin Oncol 2001;19:231-8
7/ Kramer U et al. The effect of environnemental tobacco smoke on eczema and allergic sensitization in children. Br J Dermatol 2004;150:111-8
8/ Linneberg A et al. Smoking might be a risk factor for contact allergy. J Allergy Clin Immunol 2003;111:980-4
9/ Vuillet J. Tabac et pathologie des glandes sébacées. Nouv Dermatol 2000;19:193-5
10/ Jewell ML et al. Patients with cutaneous lupus erythematosus who smoke are less responsive to antimalarial treatment. J Am Acad Dermatol 2000;42:983-7

 

 

Aspect du visage dû au tabac et au vieillissement actinique

 

 

Langue noire

 

 

Kératose tabagique

 

 

Carcinome épidermoïde de la lèvre inférieure

 

 

Maladie de Verneuil

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1