respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Cancers bronchiques
Immunothérapie

Créé le 11/08/2011 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 04/11/2012)
     
     

Le cancer bronchique non à petites cellules et le mésothéliome sont des tumeurs non immunogéniques mais soumises à une immunosurveillance.

Vaccins
vaccins basés sur des cellules tumorales irradiées de cancers bronchiques non à petites cellules : belagenpumatucel-L : un essai de phase II sur des NSCLC stade II, IIIA, IIIB et IV a montré un allongement de la survie dose-dépendant ; essai de phase III en cours sur des NSCLC stade IIIA, IIIB et IV (STOP : Survival, Tumor-free, Overall, and Progression-free)
vaccins avec des protéines spécifiques
  recombinant humain d'EGF
  protéine recombinante MAGE-A3
MAGE-A3 est un antigène associé aux tumeurs, retrouvé dans environ 35-50 % des cancers bronchiques, et associé à un mauvais pronostic ; essai de phase 3 en cours sur NSCLC stades IB, II et IIIA totalement réséqués et positifs pour MAGE A3
vaccins ciblant MUC1
MUC1 est une protéine transmembranaire retrouvée dans de nombreuses tumeurs et fonctionnant comme une molécule anti-adhésion associée à la tumorogenèse, la migration des cellules tumorales et la résistance à l'apoptose et à la chimiothérapie ; elle a aussi un rôle immunosuppresseur avec une inhibition des cellules T, réversible par IL-2.
  TG4010 : vecteur viral recombinant exprimant MUC1 et IL-2 ; semble améliorer la survie sans progression en association avec une chimiothérapie (CDDP-Gemcitabine) dans un essai de phase 2 sur des cancers non à petites cellules stades IIIB et IV exprimant MUC 1 (Quoix, 2011)
  Liposomal-BLP25 : semble prolonger la survie des NSCLC stade IIIB dans un essai de phase 2B ; 2 essais de phase 3 en cours : START (Stimulating Targeted Antigenic Responses To NSCLC ; essai Stimuvaxâ sur des patients NSCLC asiatiques (INSPIRE : In Asian, NSCLC Patients: Stimulating Immune Response).

Immunostimulants
extraits de mycobactéries
induisent une stimulation immunitaire aspécifique, activent les cellules présentatrices d'antigènes et les cellules natural killer et augmentent la réponse Th1
  Mycobacterium vaccae : pas d'amélioration des résultats en association avec une chimiothérapie
  Mycobacterium indicus pranii : pas de résultats significatifs
talactoferrine (recombinant humain de la lactoferrine) : administration orale ; induit la maturation de cellules dendritiques conduisant, en présence d'antigènes tumoraux, à une forte réponse immune systémique innée et adaptative.
Fortis-C : essai de phase 3 en cours sur des NSCLC IIIB et IV après 2 séquences de traitement incluant du platine.

Inhibiteurs de points de contrôle immuns
L'immunité anti-tumeur peut être diminuée par des voies et des co-récepteurs inhibiteurs qui bloquent les fonctions cellulaires T. Des anticorps bloquant ces co-recepteurs peuvent augmenter la prolifération et l'activation des cellules T.
2 anticorps monoclonaux humains (ipilimumab, tremelimumab) ont été testés dans les NSCLC contre le co-récepteur inhibiteur T le plus étudié, CTLA (cytotoxic T-lymphocyte-associated antigen)-4 : amélioration (environ 1 mois) de la survie sans progression en association avec carboplatine ou paclitaxel ; pas d'amélioration de la survie sans progression en maintenance après une chimiothérapie de première ligne.
MDX-1106, anticorps monoclonal humain anti PD-1 (Programmed death 1, homologue de CTLA-4 mais avec des signaux inhibiteurs immuns différents) , pas de réponse objective dans les NSCLC.

Agonistes des récepteurs Toll-like
TLR9 a la distribution cellulaire la plus étroite (lymphocytes B et cellules dendritiques plasmacytoïdes) ; stimulé, il peut aussi s'exprimer sur les monocytes, les neutrophiles et les cellules CD4 ; il est surexprimé dans le cancer du poumon.
PF-3512676 active TLR9, augmente le taux de réponse, associé aux taxanes, résultat non retrouvé dans 2 essais de phase 3.

Réf
Mellstedt H, Vansteenkiste J, Thatcher N. Vaccines for the treatment of non-small cell lung cancer: Investigational approaches and clinical experience. Lung cancer 2011;73:11-7
Quoix E, Ramlau R, Westeel V, Papai Z, Madroszyk A et al. Therapeutic vaccination with TG4010 and first-line chemotherapy in advanced non-small-cell lung cancer: a controlled phse 2B trial. Lancet Oncol 2011;12:1125-33
Thomas A, Hassan R. Immunotherapies for non-small-cell lung cancer and mesothelioma. Lancet Oncol 2012;13:e301-10

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1