respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Métastase cérébrale unique
et
Cancer bronchique primitif

Créé le 15/07/1999 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 29/10/2006)
     
     

A. Taytard*, R. Trouette**

*Service des Maladies Respiratoires
Hôpital du Haut-Lévêque

**Service d'oncologie
Hôpital Saint André
Centre Hospitalo-Universitaire de Bordeaux

 

Environ 10% des cancers bronchiques primitifs (KB) s'accompagnent d'une métastase cérébrale initiale et 20% ont une métastase cérébrale incidente.

La survie des KB avec métastase cérébrale est généralement courte, de 3 à 6 mois.

L'intérêt de la craniotomie chez les malades porteurs de métastases cérébrales a été montré il y a près de 70 ans (GRANT) mais le gain par rapport à la radiothérapie n'est apparu évident ni sur la survie ni sur le confort.

La tomodensitométrie et plus récemment l'IRM, en permettant un diagnostic plus précoce sur des métastases uniques et non symptomatiques dont la parfaite localisation permettait un abord plus simple avec un minimum de morbidité et de mortalité, ont reposé le problème ; et ceci d'autant plus qu'on a pu montrer que ces malades, avec le cerveau comme seul site métastatique, pouvaient avoir de longues survies (ROBIN).

 

LES MOYENS

5 types de traitements peuvent être envisagés sur la métastase cérébrale.

1/ Traitement symptomatique

C'est, le plus souvent, une corticothérapie ; elle assure une amélioration substantielle chez 80% des malades traités. Les traitements hypertoniques (Mannitol, glycérol) sont souvent une aide utile.

2/ Chimiothérapie

Elle a l'avantage de traiter l'ensemble de la masse néoplasique, mais l'inconvénient de ne pas toujours franchir dans de bonnes conditions d'efficacité la barrière hémo-méningée. Le choix se fait en fonction du type histologique de la tumeur primitive ; lorsque les médicaments sont bien choisis, les métastases cerébrales des cancers bronchiques à petites cellules (KBPC) semblent répondre à la chimiothérapie aussi bien que les autres localisations métastatiques des KBPC (KRISTENSEN).

3/ Radiothérapie

Elle est soit de 30Gy en 10 fractions sur l'ensemble de l'encéphale complétée d'une surimpression de 15Gy en 5 fractions sur la lésion, soit de 40Gy en 20 fractions sur l'ensemble de l'encéphale complétée d'une surimpression de 20Gy en 10 fractions sur la lésion ; ce dernier traitement peut paraître long mais il est en général mieux toléré. La radiothérapie doit souvent s'accompagner d'une corticothérapie ce qui a permis de mettre en doute son efficacité propre. La médiane de survie se situe aux environs de 12 mois avec récidive à l'origine du décés dans 50% des cas.

Les effets secondaires immédiats, dus à l'oedème cérébral, peuvent se traduire par une aggravation de la symptomatologie, voire une somnolence ; ils justifient une corticothérapie d'accompagnement.

Les séquelles radiques cérébrales, retardées, apparaissent au-delà de 6 mois sous la forme de troubles de l'attention, de la mémoire mais aussi quelquefois de confusion ou de démence ; elles traduisent des démyélinisations diffuses ou des atrophies cérébrales. Ces séquelles sont souvent aggravées par des chimiothérapies neuro-toxiques. Elles sont essentiellement liées à la dose unitaire de chaque séquence (TROUETTE).

4/ Chirurgie

a. Neuro-chirurgie
4 critères sont habituellement retenus :
- l'accessibilité : ces tumeurs sont souvent "extra-cérébrales" et parfaitement extirpables sans séquelles,
- le risque fonctionnel, voire vital, pour le malade, et surtout lorsqu'il existe une lésion de la fosse postérieure,
- une forme anatomo-pathologique peu radiosensible,
- une survie estimée supérieure à 6 mois.

L'indication est d'autant plus retenue que le cancer primitif est contrôlable c'est à dire KBPC répondant à la chimiothérapie et cancer bronchique non à petites cellules (KBNPC) résécable sans autre site métastatique (READ, MANDELL).

b. Chirurgie thoracique
Elle est théoriquement contre-indiquée devant un cancer bronchique métastatique

5/ Associations

a. Radio-chirurgie
Quoique cela soit discuté (ARMSTRONG), c'est la technique qui semble, dans les KBNPC, donner les plus longues survies du fait d'un nombre moins important de récidives (PATCHELL). Cela est surtout vrai lorsque la chirurgie est première ; cela l'est moins lorsque la chirurgie suit un échec de radiothérapie.

b. Radio-chimiothérapie
Elle est séduisante en termes de réponse ; mais la toxicité cérébrale est potentialisée lorsque l'administration est simultanée, ou lorsque la chimiothérapie est administrée après la radiothérapie.

 

STRATEGIES

Deux situations peuvent se présenter que nous examinerons successivement
- la métastase prévalente ou simultanée
- la métastase incidente

1/ Métastase prévalente ou simultanée

Que le KB asymptomatique soit découvert à partir de signes d'appel neurologiques, ou que la métastase cerébrale soit découverte dans le cadre du bilan du KB, on est devant un KB stade IV. La décision thérapeutique dépend alors du rapport (confort + survie / tolérance) de la stratégie thérapeutique envisagée.

a. KB thoracique éradicable, pas d'autre site métastatique
Bien que cela puisse paraître paradoxal devant un KB stade IV qui est une contre-indication a priori à un geste chirurgical éradicateur, le premier objectif à rechercher est la guérison, ou du moins la plus longue durée de survie possible du malade. Ce qui conduit à se poser la question de la double chirurgie (tableau 1), et ceci d'autant plus que la chimiothérapie post-opératoire systématique peut prolonger considérablement les durées de survie en modifiant vraisemblablement le processus métastatique (ROTH, MACCHIARINI).

Tableau 1 : Taux de survie après excision chirurgicale de la tumeur pulmonaire primitive et de la métastase cérébrale simultanée

Séries Patients
(N)
Mort
per-op (%)
Survie (%)
6 mois 1 an 2 ans 5 ans
TORRE (1988) 21 0 71   29 24
HANKINS (1988) 19 0   65   45
MAGILLIGAN (1986) 41 2   55 31 21
SUNDARESAN (1986) 32 2 83 66 48  
MUSSI (1985) 20 0   80 60 34
DEVIRI (1983) 11   73 64    

D'après : ANDREWS RJ., KIRBY RP. : Improved survival with surgical treatment of both primary lung cancer and brain metastases. The Lancet, 1989, December 16,

Dans le cas où les 2 sites paraissent pouvoir être éradiqués au moment du diagnostic, c'est la double chirurgie complétée d'une irradiation cérébrale qui semble donner les meilleures chances de guérison au malade.

b. KB non éradicable
S'il n'y a pas d'autre site métastatique engageant le pronostic à court terme, et que le KB est contrôlé, il faut choisir l'exerèse neuro-chirurgicale chaque fois qu'elle est possible, complétée d'une irradiation cérébrale.

Sinon l'irradiation seule sera proposée mais rien ne permet aujourd'hui de définir le moment optimum de cette intervention thérapeutique, dès la découverte ou dès l'apparition des symptômes en cas de localisation sans risque vital.

2/ Métastase incidente
2 situations peuvent à nouveau se présenter.
a. KB contrôlé localement
On se trouve alors dans le cas de la métastase prévalente isolée et l'exérèse donne au malade la meilleure chance palliative et une chance supplémentaire de guérison.

b. KB non contrôlé localement
La radiothérapie, éventuellement complétée d'une chimiothérapie en cas de KBPC, parait être la meilleure proposition thérapeutique.

Au total, devant une métastase unique d'un KB, la décision sera fonction de plusieurs facteurs
- état général
- importance du déficit neurologique et sa réponse à la corticothérapie
- contrôle de la tumeur primitive
- accessibilité de la métastase cérébrale
- intervalle entre l'apparition du KB et de la métastase cérébrale.

 

CONCLUSION

Les longs survivants ne se trouvant que dans le groupe des opérés thoraciques et cérébraux, cette stratégie de double intervention doit être proposée chaque fois que :
- la métastase cérébrale est unique et accessible
- la tumeur primitive est résécable
- il n'existe aucune autre localisation
- l'état fonctionnel et général du patient le permet.

Comme la récidive cérébrale locale semble beaucoup moins fréquente lorsqu'une irradiation complète la chirurgie celle-ci doit être systématique.

Comme la chimiothérapie post-opératoire d'une tumeur réséquée semble améliorer très sensiblement la survie (ROTH), celle-ci doit être proposée.

REFERENCES

ARMSTRONG JG., WRONSKI M., GALICHICH J. : Postoperative radiation for lung brain cancer metastatic to the brain
J. Clin. Oncol., 1994, 12, 2340-4

DEVIRI E., SCHACHNER A., SHALIT HM., LEVY MJ. : Carcinoma of the lung with a solitary cerebral metastasis - Surgical management and review of the literature Cancer, 1983, 52, 1507-9

GRANT FC. : Concerning intracranial malignant metastases, their frequency, and the value of surgery in their treatment
Ann. Surg., 1926, 84, 595-646

HANKINS JR., MILLER JE., SALCMAN M. et al : Surgical management of lung cancer with solitary cerebral metastasis
Ann. Thorac. Surg., 1988, 46, 24-8

KRISTENSEN CA., KRISTJANSEN PEG., HANSEN HH. : Systemic chemotherapy of brain metastases from small-cell lung cancer: A review J. Clin. Oncol., 1992, 10, 1498-502

MACCHIARINI P., BUONAGUIDI R., HARDIN M. et al : Results and prognostic factors of surgery in the management of non-small cell lung cancer with solitary brain metastasis Cancer, 1991, 68, 300-4

MAGILLIGAN DJ., DUVERNOY C., MALIK G. et al : Surgical approach to lung cancer with solitary cerebral metastasis: Twenty-five years' experience Ann. Thorac. Surg., 1986, 42, 360-4

MANDELL L., HILARIS B., SULLIVAN M. et al : The treatment of single brain metastasis from non-oat cell lung carcinoma - Surgery and radiation versus radiation therapy alone Cancer, 1986, 58, 641-9

MUSSI A., JANNI A., PISTOLESI M. et al : Surgical treatment of primary lung cancer and solitary brain metastasis
Thorax, 1985, 40, 191-3

PATCHELL RA., CIRRINCIONE C., THALER HT. et al : Single brain metastases: Surgery plus radiation or radiation alone
Neurology, 1986, 36, 447-53

READ RC., BOOP WC., YODER G., SCHAEFER R. : Management of non-small cell lung carcinoma with solitary brain metastasis J. Thorac. Cardiovasc. Surg., 1989, 98, 884-91

ROBIN E., BITRAN JD., GOLOMB HM. et al : Prognostic factors in patients with non-small cell bronchogenic carcinoma and brain metastases Cancer, 1982, 49, 1916-9

ROTH JA., FOSSELLA F., KOMAKI R. et al : A randomized trial comparing perioperative chemotherapy and surgery with surgery alone in resectable stage IIIA non-small-cell lung cancer J. Natl. Cancer Inst., 1994, 86, 673-80

SUNDARESAN N., GALICICH JH. : Surgical treatment of single brain metastases from non-small cell lung cancer
Cancer Invest., 1985, 3, 107-13

TORRE M., QUAINI E., CHIESA G. et al : Synchronous brain metastasis from lung cancer. Results of surgical treatment in combined resection J. Thorac. Cardiovasc. Surg., 1988, 95, 994-7

TROUETTE R., CAUDRY M., MAIRE JP., DEMEAUX H. : Les détériorations cérébrales postradiques de l'adulte : principal facteur limitant des irradiations encéphaliques ? Bull. Cancer/Radiother., 1993, 80, 209-21

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1