respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

BPCO en état stable
Traitement en fonction du stade de sévérité / risque d'exacerbation

Créé le 18/11/2001 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 06/09/2014)
     
     
  
Stades Obstruction bronchique

EFR
VEMS post-bronchodilatateur

Traitement
0 à risque normale
symptômes chroniques 
(toux, expectoration)

Obstruction VEMS/CVF < 70 %  
      A tous les stades
-Éviction des facteurs de risque (tabac ; autres)
-Vaccinations (grippe ; pneumocoque)
-Bronchodilatateurs d'action rapide à la demande
légère  I VEMS ³ 80 %
avec/sans symptômes chroniques 
(toux, expectoration)

-Bronchodilatateurs d'action rapide à la demande
modérée
II 50 % VEMS < 80 %
avec/sans symptômes chroniques 
(toux, expectoration, dyspnée)
-Bronchodilatateurs
réguliers longue action
-Réhabilitation
-Corticoïdes inhalés si actifs sur
- les symptômes 
- la fonction respiratoire
sévère III 30 % VEMS < 50 %
avec/sans symptômes chroniques 
(toux, expectoration, dyspnée)
-Bronchodilatateurs
réguliers longue action
-Réhabilitation
-Corticoïdes inhalés  si actifs sur
- les symptômes
- la fonction respiratoire
ou si
- exacerbations répétées
trés sévère IV VEMS < 30 % 
ou
VEMS 50 % plus
insuffisance respiratoire
(PaO2 < 60mmHg avec/sans PaCO2 > 50mmHg) ou
insuffisance cardiaque droite clinique
-Bronchodilatateurs réguliers longue action
-Corticoïdes inhalés  si actifs sur 
   les symptômes et la fonction respiratoire ou si
   exacerbations répétées
-Traitement des complications
-Réhabilitation
-Oxygène à long terme si insuffisance respiratoire
-Envisager les traitements chirurgicaux

Réf :
Actualisation des recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge de la BPCO. Rev Mal Respir 2003;20:167-8
Global strategy for the diagnosis, management, and prevention of chronic obstructive pulmonary disease (GOLD), updated 2009
Qaseem A, Snow V, Shekelle P, Sherif K, Wilt TJ et al. Diagnosis and management of stable chronic obstructive pulmonary disease: A clinical practice guideline from the American College of Physicians. Ann Intern Med 2007;147:633-8

 
Traitement pharmacologique initial de la BPCO en fonction des groupes de risque d'exacerbation
(Gold, 2011)
 
Groupes Choix n° 1 Choix n°2
A anticholinergiques ou b2-agonistes
courte action
à la demande
(selon la fonction respiratoire et la dyspnée)
anticholinergiques ou b2-agonistes longue action
ou
anticholinergiques et b2-agonistes courte action
(peu de preuve de l'efficacité de ce renforcement thérapeutique)
B anticholinergiques ou b2-agonistes
longue action
anticholinergiques et b2-agonistes longue action
C corticoïdes inhalés
et
b2-agonistes ou anticholinergiques
longue action
anticholinergiques et b2-agonistes longue action
D corticoïdes inhalés
et
b2-agonistes ou anticholinergiques
longue action
corticoïdes inhalés
et
anticholinergiques longue action
ou
corticoïdes inhalés
et
b2-agonistes et anticholinergiques longue action
Pas de preuve de l'efficacité des traitements pharmacologiques pour les malades GOLD 1.
 
Autres traitements
Antibiotiques : non recommandés hors infections
Cependant, les macrolides semblent être capables de réduire la fréquence des exacerbations, d'allonger le délai jusqu'à la première exacerbation et de réduire les hospitalisations chez des malades BPCO sévères sujets à de fréquentes exacerbations, sans doute du fait de leur effet anti-inflammatoire (exemple : Azithromycine à la dose de 250mg/j pendant 1 an chez les malades BPCO avec plus de 3 exacerbations par an après contrôle cardio-vasculaire et auditif) ; mais la dose et la durée optimale des traitements restent sujet de débat (Simoens, 2013).

L'azythromycine semble plus efficace chez les BPCO plus âgés avec des BPCO de gravité moyenne mais n'a pas d'effet chez ceux qui poursuivent leur tabagisme (Han, 2014).
Mucolytiques : à discuter
Agents anti-oxydants (N-acétyl-cystéine) : peuvent être utilisés chez les patients avec exacerbations répétées (groupe D) (niveau A)
Antitussifs : contre-indiqués
Vasodilatateurs (NO) : contre-indiqués (peuvent aggraver les échanges gazeux)
Stimulants respiratoires (Almitrine) : non recommandés en prescription régulière
Narcotiques (codéine et autres ) : contre-indiqués
   
Effets des médicaments cardio-vasculaires sur la mortalité toutes causes des BPCO oxygéno-dépendants (Ekström, 2013)
Anti-agrégants plaquettaires : réduction de mortalité (HR : 0.86 ; IC 95 % : 0.75-0.99 ; p = 0.03)
Anti-angiotensine : pas d'effet démontré
Statines : pas d'effet démontré
b-bloquants : augmentation de la mortalité toutes causes (HR : 1.19 ; IC 95 % : 1.04-1.37 ; p = 0.01)
   
Au total, dans la BPCO
la première mesure à mettre en œuvre est la réduction des facteurs de risque, en particulier la consommation de tabac,
la réadaptation à l’effort et la kinésithérapie respiratoire contribuent à l’amélioration des symptômes et de la qualité de vie,

la prise en charge médicamenteuse, en état stable, vise à diminuer les symptômes cliniques et à réduire la fréquence des exacerbations et la gravité de leurs complications.

   

Réf
Ekström MP, Hermansson AB, Ström KE. Effects of cardiovascular drugs on mortality in severe chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 2013;187:715-20
Han MK, Tayob N, Murray S, Dransfield MT, Washko G et al. Predictors of chronic obstructive pulmonary disease exacerbation reduction in response to daily azithromycin therapy. Am J Respir Crit Care Med 2014;189:1503-8
Simoens S, Laekeman G, Decramer M. Preventing COPD exacerbations with macrolides: A review and budget impact analysis. Respir Med 2013 in press

 
Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1