respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

BPCO
Spirométrie

Créé le 02/01/2009 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 02/01/2009)
     
     

La spirométrie est un élément essentiel dans la BPCO. Elle permet de faire
le diagnostic positif, par la mesure du rapport VEMS/CVF qui, s'il est < 70 %, confirme la BPCO
le diagnostic de sévérité, en comparant le VEMS observé aux catégories de la classification GOLD

Mais au-delà ?

La spirométrie est elle un outil coût/efficace du dépistage des BPCO ?

Montrer leur spirométrie aux malades BPCO améliore t-il le taux de sevrage tabagique ?
On peut penser que la spirométrie est un élément de motivation au sevrage pour le malade, et d'encouragement à l'abstinence.
Les méthodes des essais et les résultats sont très hétérogènes, donnant des indications incertaines quant à l'utilité de la méthode (Bize, 2005). L'utilisation de "l'âge pulmonaire" pourrait être utile (Parkes, 2008).
Il faut aussi que les médecins généralistes, en première ligne face au tabagisme, et les tabacologues adhèrent à l'idée d'une spirométrie au début du sevrage, qu'ils se forment à sa réalisation et son interprétation (Jans, 1998).

Réf :
Bednarek M, Gorecka D, Wielgomas J, Czajkowska-Malinowska M, Regula J, Mieszko-Filipczyk G, Jasionowicz M, Bijata-Bronisz R, Lempicka-Jastrzebska M, Czajkowski M, Przybylski G, Zielinski J. Smokers with airway obstruction are more likely to quit smoking. Thorax 2006;61:869-73
Bize R, Birnand B, Mueller Y, Cornuz J. Biomedical risk assessment as an aid for smoking cessation. Cochrane Database Syst Rev 2005;4:CD004705

Gorecka D, Bednarek M, Nowinski A, Puscinska E, Goljan-Geremek A et al. Diagnosis of airflow limitation combined with smoking cessation advice increases stop-smoking rate.  Chest 2003;123:1916-23
Jans MP, Schellevis FG, van Hensbergen W, Dukkers van Emden T, van Eijk JT . Management of asthma and COPD patients: feasibility of the application of guidelines in general practice.  Int J Qual Health Care 1998;10:27-34
Parkes G, Greenhalgh T, Griffin M, Dent R. Effect on smoking quit rate of telling patients their lung age: the Step2quit randomised controlled trial. BMJ 2008;336:598-600
Stratelis G, Molstad S, Jakobsson P, Zetterstrom O. The impact of repeated spirometry and smoking cessation advice on smokers with mild COPD. Scand J Prim Health Care 2006;24:133-9

La spirométrie peutt-elle la base de la prescription thérapeutique dans les BPCO ?
Certainement puisque les recommandations thérapeutiques sont basées sur des classes de sévérité qui reposent sur la valeur du VEMS.
Mais la plupart des études à la base de ces recommandations ont surtout enrôlé des sujets avec une obstruction sévère à très sévère, symptomatiques et stables mais avec des épisodes d'exacerbation (définis de manière différente entre les études) suffisamment fréquents pour pouvoir démontrer leur réduction sous traitement.
Il n'est pas certain que les traitements à longue durée d'action (bronchodilatateurs, corticoïdes) améliorent les malades avec BPCO légères à modérées asymptomatiques, ni qu'ils préviennent l'apparition des symptomes.
Au total, ces médicaments sont bénéfiques aux malades symptomatiques avec une obstruction bronchique sévère à très sévère soit, en pratique, un VEMS ≤ 50 %.
On peut aussi s'interroger sur l'intérêt de modifier le traitement en fonction de mesures spirométriques répétées, indépendamment des symptômes qui gènent le malade.

La spirométrie a t-elle une valeur pronostique ?
La spirométrie est un élément prédictif de morbidité et de mortalité.
Mais les scores de dyspnée et d'état de santé semblent être plus performants.
Le score BODE qui intègre plusieurs facteurs, dont la mesure spirométrique de l'obstruction bronchique, a une meilleure capacité prédictive que le VEMS seul.

Réf :
Celli BR, Cote CG, Marin JM, Casanova C, Montes de Oca M, Mendez RA, Pinto Plata V, Cabral HJ. The body-mass index, airflow obstruction, dyspnea, and exercise capacity index in chronic obstructive pulmonary disease.  N Eng J Med 2004;350:1005-12
Wilt TJ, Niewoehner D, Kim CB et al. Use of spirometry for case finding, diagnosis and management of chronic obstructive pulmonary disease (COPD). Evidence Report/Technology Assessment N° 121. AHRQ Publication N° 05-E017-2. Agency for healthcare research and quality, september 2005

Rappel
Dans quasiment toutes les études utilisées dans ces analyses, la spirométrie se résume à la mesure du VEMS et du rapport VEMS/CVF, paramètres robustes mais peut être inadaptés, voire non pertinents, pour répondre aux questions posées.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1