respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Asthme
Facteurs d'entretien et d'aggravation
Facteurs déclenchants : Infections

Créé le 12/07/2000 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 05/11/2013)
     
     

    
Infections bronchiques
  
Les facteurs infectieux jouent un rôle important dans l'apparition (virus respiratoire syncitial) et les exacerbations de l’asthme.
Comme le montrent les 2 figures ci-dessous, 2 situations peuvent se présenter
  
le facteur infectieux est à l’origine de l’exacerbation (figure de gauche)
  
le facteur infectieux apparaît au cours d’une exacerbation provoquée par une autre cause (figure de droite).
Ils peuvent aussi jouer un rôle dans la persistance de l'asthme.

 

    

Les infections bronchiques ont été mises en cause dans l'asthme intrinseque décrit par Rackemann en 1947 et qui associe : apparition chez l'adulte ; pas d'atopie identifiée ; grande fréquence des sinusites, des polypes ORL et de l'intolérance à l'aspirine ; moindre efficacité des traitements habituels de l'asthme ; IgE sériques totaux souvent élevés sans production d'IgE spécifiques.

Infections virales

Les infections virales (virus grippal, respiratoire syncytial, rhinovirus)

peuvent provoquer une hyperréactivité bronchique transitoire (2 à 8 semaines) chez le sujet sain ; cela explique la persistance d’une toux sèche après l’épisode infectieux ;

sont en cause dans près de 90 % des exacerbations de l’enfant et 40 % des exacerbations de l’adulte ; même lorsque les symptômes ne sont pas apparents on observe très souvent une chute du Débit Expiratoire de Pointe (DEP). Il existe une corrélation entre ces épisodes, les consultations en urgence et les hospitalisations pour asthme.

   
Les rhinovirus sont en cause dans 80-85 % des cas d'exacerbation avec sibilants et baisse du DEP chez l'enfant de 9-11 ans, dans 80 % des crises d'asthme de l'adulte jeune.
 
Réf
Friedlander SL, Busse WW. The role of rhinovirus in asthma exacerbations. J Allergy Clin Immunol 2005;116:267-73
 

La vaccination anti-grippale provoque exceptionnellement une exacerbation de l’asthme, dans 2 % des cas une chute du DEP supérieure à 30 % (5 % chez les primo-vaccinés, 1,5 % lors des vaccinations suivantes).

 

Les infections à germes intra-cellulaires

Ces germes posent 4 questions ; peuvent ils être en cause
1/ dans l'apparition d'un asthme ?
On retrouve une hyper-réactivité bronchique chez des sujets, antérieurement sains, atteints d’une infections à Mycoplasma Pneumoniae : chez les 2/3, 1 mois après ; chez la moitié, 3 mois après l’infection. Cela explique la toux séquellaire que gardent souvent ces malades longtemps après l’infection.
2/ dans l'entretien d'un asthme à l'état stable et/ou sa sévérité ?
3/ dans les exacerbations d'asthme ?
Mycoplasma Pneumoniae
ou les Chlamydiae sont susceptibles d’induire des exacerbations d’asthme.
4/ un traitement antibiotique ciblé (macrolides) peut il améliorer la situation au long cours et/ou pendant une exacerbation ?
Aucune de ces questions n'a, à ce jour, de réponse claire.

Réf
Normann E, Gnarpe J, Wettergren B, Janson C, Wickman M, Nordvall L. Association between Chlamydia pneumoniae antibodies and wheezing in young children and the influence of sex. Thorax 2006;61:1054-8
Huittinen T, Hahan , Anttila T, Wahlström E, Saikku P, Leinonen M. Host immune response to Chlamydia Pneumoniae heat shock protein 60 is associated with asthma. Eur Respir J 2001;17:1078-82
Johnston SL, Blasi F, Black PN, Martin RJ, Farrell DJ, Nieman RB for the TELICAST investigators. The effect of telithromycin in acute exacerbations of asthma. N Eng J Med 2006;354:1589-600
Sutherland ER, Martin RJ. Asthma and atypical bacterial infection. Chest 2007;132:1962-6

Les infections bactériennes

Le rôle des infections bactériennes dans les exacerbations de l’asthme est controversé. Il s’agit, le plus souvent, de surinfections succédant à une infection virale.

Les infections à champignons

Plusieurs champignons sont capables de provoquer des exacerbations d’asthme, quelquefois sévères, chez des sujets sensibilisés

Aspergillus

Alternaria

Autres

Les infections parasitaires

C’est, en particulier, le cas des helminthiases. Elles peuvent provoquer des manifestations asthmatiques typiques accompagnées de réactions cutanées urticariennes et d’une élévation du taux des IgE.

Infections pulmonaires
Elles peuvent compliquer le tableau d'une attaque d'asthme mais n'en modifient pas notablement la prise en charge ; l'antibiothérapie est impérative.

Asthme et pathologie ORL

Réf
Kurai D, Saraya T, Ishii H, Takizawa H. Virus-induced exacerbations in asthma and COPD. Front microbiol 2013;4:293

A lire

- Asthme et infections

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1