respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Allergènes
Chat

Créé le 03/04/2000 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 27/12/2004)
     
     

Sommaire

  • 2 situations à considérer
    • petite enfance
    • plus tard
  • Eviction

L'allergène du chat est le pneumallergène d'intérieur le plus important après les acariens.
Une habitation sur 4 abrite un chat.
Près de la moitié des allergènes de chat est portée par des particules de moins de 5 µm. Elles se retrouvent dans l'atmosphère même en l'absence de perturbation et de l'animal.
On distingue 3 types d'allergènes
Allergène majeur : Fel d1 (Felis domesticus
Allergènes mineurs : abumine qui explique des réactions croisées avec d'autres albumines animales (syndrome "porc-chat") ; cystatine
Les allergènes sont produits par : glandes anales, peau, glandes salivaires.
Le taux d'allergène de chat  en suspension dans l'atmosphère n'est pas dépendant du nombre de chats. 
La production est sous influence hormonale  diminue après castration ; dépend du chat ; peut varier dans la journée chez le même chat
Outre le chat lui-même, les allergènes dans l'atmosphère ont pour origine les vêtements et les meubles capitonnés sur lesquels se colle l'allergène, et qui sont capables ensuite de les libérer. Les vêtements participent à leur dissémination.
On trouve plus d’allergènes de chat sur les chaises que sur le sol des écoles ; la corrélation est très forte entre la concentration observée sur les chaises et le nombre d’élèves et d’enseignants qui ont des contacts fréquents avec les chats.
Les taux d'allergènes de chat peuvent être faibles. Cependant, pour des enfants très sensibilisés aux allergènes de chat, ces faibles concentrations seraient suffisantes pour induire une inflammation bronchique et une hyper-réactivité bronchique non spécifique (HRBNS).

2 situations sont à considérer
petite enfance (avant 2 ans) 
Le rôle de la présence d'un chat sur le développement d'une sensibilisation et de l'asthme dans les premières années de vie est controversé  ; il pourrait même induire une tolérance (Almqvist, 1995 ; De Meer, 2004 ; Litonjua, 2002 ; Perzanowski, 2002).

plus tard
La présence d'allergènes de chat aggrave les symptômes des malades sensibilisés.

Eviction
Le départ du chat est la meilleure méthode.
Il faut 6 mois après le départ du chat pour que les taux de Fel d1 dans la poussière retrouvent un niveau égal à celui d'une maison n'ayant jamais abrité de chat.
Laver le chat, enlever les moquettes et meubles capitonnés, utiliser des aspirateurs et des purificateurs d'air équipés de filtres HEPA est peu pratique et peu efficace.
      

Réf :
Almqvist C, Egmar AC, Hedlin G, Lundqvist M, Nordvall SL et al. Direct and indirect exposure to pets – risk of sensitization and asthma at 4 years in a birth cohort. Clin Exp Allergy 2003;33:1190-7
De Blay F et al. Métrologie des particules aériennes portant les principaux pneumallergènes. Rev Mal Respir 1995;12:343-52
Celedon JC, Litonjua AA, Ryan L, Platts-Mills T, Weiss ST, Gold DR. Exposure to cat allergen, maternal history of asthma, and wheezing in first 5 years of life. Lancet 2002;360:781-2
De Blay F et al. Éviction des pneumallergènes de l'environnement domestique. Rev Mal Respir 2000;17:29-30
de Meer G, Toelle BG, Ng K, Tovey E, Marks GB. Presence and timing of cat ownership by age 18 and the effect on atopy and asthma at age 28. J Allergy Clin Immunol 2004;113:433-8
Francis H, Fletcher G, Anthony C, Pickering C, Oldham L and al. Clinical effects of air filters in homes of asthmatic adults sensitized and exposed to pet allergens. Clin Exp Allergy 2003;33:101-5
Lau S, Illi S, Sommerfeld C, Niggemann B, Bergman R, Von Mutius E, Wahn U, and the multicenter allergy group. Early exposure to house-dust mite and cat allergens and development of childhood asthma: a cohort study. Lancet 2000;356:1392-7
Litonjua AA, Milton DK, Celedon JC, Ryan L, Weiss ST, Gold DR. A longitudinal analysis of wheezing in young children: the independent effects of early life exposure to house dust endotoxin, allergens, and pets. J Allergy Clin Immunol 2002;110:736-42
Luczynska CM et al. Airborne concentrations and particle size distribution of allergen derived from domestic cats (Felis domesticus) – Measurements using cascade impactor, liquid impiger, and a two-site monoclonal antibody assay for Fel d 1. Am Rev Respir Dis 1990;141:361-7
Munir A et al. The amount of the major cat (Fel d 1) and dog (Can f 1) allergens in dust from Swedish schools is high enough to probably cause perennial symptoms in most children with asthma who are sensitized to cat and dog. J Allergy Clin Immunol 1993;91:1067-74
Perzanowski MS, Rönmark E, Platts-Mills TAE, Lundbäck B. Effect of cat and dog ownership on sensitization and development of asthma among preteenage children. Am J Respir Crit Care Med 2002;166:696-702
Simpson A, Simpson B, Custovic A, Craven M and Woodcok A. Strigent environmental control in pregnancy and early life: the long-term effects on mite, cat and dog allergen. Clin Exp Allergy 2003;33:1183-9

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1