respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Allergènes d'acariens
En savoir plus...

Créé le 02/04/2000 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 21/05/2004)
     
     

Les acariens à la maison

Principaux facteurs de développement :
humidité (facteur clé du développement des acariens ; les populations les plus nombreuses s’observent lorsque l’humidité relative dépasse 45 % à 20°C)
température
nourriture
    
On distingue

Le micro-habitat : sites particuliers à l’intérieur de la maison ; lié aux caractéristiques physico-chimiques, au micro-climat, aux variations diurnes, aux autres résidents de la poussière. 
Dans ce cadre, on retrouve la literie, tous les textiles (vêtements isolés ou en piles, jouets en peluche), les meubles capitonnés, les points de nourriture (squames humains, fibres…).

Le macro-habitat : la maison ; sa construction, son aménagement intérieur, sa ventilation. Plus la maison est homogène, plus le développement de l’acarien est facilité : température homogène (18-22°) avec chauffage central, double vitrage, internalisation des sources de moisissures pour des raisons de confort (évier, bain, douche, toilettes, machines à laver), " textilisation " de l’environnement (nid douillet) avec température et humidité élevées et baisse de la ventilation.
Cette isolation est aussi favorable aux hommes qu’aux acariens.

La région : avec ses différences géographiques et saisonnières.

Plus de 80 % des allergènes d'acariens sont associés à des particules de plus de 10µm de diamètre elles restent peu de temps en suspension et ne sont mesurables dans l'air que lors de perturbations importantes.

Mesures d’éviction recommandées pour les acariens

Les mesures d’éviction comprennent donc des mesures d’hétérogénéisation de l’espace intérieur : enlever les textiles dans lesquels les mites vivent, se déplacent et déposent leurs œufs, dans lesquels leur nourriture se dépose et s’accumule et où existe une thermo-isolation et des conditions d’humidité spécifiques et favorables.

Le lit : c'est le point le plus important
Matelas : emballage sous housse anti-acariens

Un matelas neuf est réinfesté par les mites en moins de 4 mois. Il existe une relation étroite entre la vitesse de réinfestation et la teneur en allergènes d’acariens du sommier et du sol de la chambre.

Couvertures/duvets : emballer ou laver tous les mois à température > 60° ; chaque lavage détruit les allergènes.
Oreillers : emballer, laver toutes les semaines ou remplacer tous les 3 mois ; que des jouets lavables sur le lit.
Les sols

On ne peut débarrasser les moquettes et tapis des allergènes.
Chaque fois que c’est possible, les remplacer par des sols lisses, surtout dans la chambre ; enlever une moquette augmente l’hétérogénéité de l’environnement car, non seulement on enlève un tissu dans lequel les acariens vivent, déposent leurs œufs ou trouvent de la nourriture, mais aussi un lieu de bonne thermo-isolation et de plus haute humidité que l’air ambiant de la pièce.
Nettoyer ces sols avec l’aspirateur (cf infra) et des produits liquides.
Pour les tapis, le minimum est de tuer les mites, à l’extérieur par exposition de 3h minimum directement au soleil en été ou une nuit au froid en hiver.

Le mobilier capitonné
Chaque fois que possible, le remplacer par du mobilier lavable qui ne retient pas la poussière.
Les vêtements
Laver régulièrement, surtout après stockage (sauf si en milieu sec et sans poussière) ; choisir des vêtements lavables.
Autres mesures d'éviction
Maintenir une humidité intérieure < 50 %
Les produits chimiques
Les acaricides ou autres détergents ne permettent pas d’obtenir un contrôle significatif et durable des allergènes.
Ils provoquent souvent des effets secondaires (irritation oculaire, cutanée, respiratoire) et quelquefois des sensibilisations.
Leur usage nécessite des études à long terme portant sur leur toxicité et leur sécurité d'utilisation.
Les outils ménagers

Les aspirateurs, filtres à air et deshumidificateurs ont un effet mineur.
Les aspirateurs doivent avoir un bon filtre à air (HEPA : Hautes Efficacité pour les Particules Aériennes) et un sac double épaisseur pour éviter la remise en suspension des allergènes.
Les deshumidificateurs sont surtout utiles sous les climats où les mites ne sont pas un problème majeur (humidité relative de 50 à 60 %).
Nettoyer toutes les surfaces régulièrement avec des linges humides ou huilés, aspirer, ou les deux.

Les températures extrêmes 
Elles sont une alternative aux acaricides, lorsqu’on ne peut pas emballer ou laver (tapis par exemples). Le nettoyage à la vapeur a une bonne efficacité sur les acariens et réduit le taux d’allergènes. Le froid semble être actif mais la méthode est rarement applicable.
Les purificateurs d'air :
Les filtres HEPA, les ioniseurs, les électroprécipitateurs ne peuvent être recommandés comme seuls moyens de contrôle de l'environnement.
 

Les cures climatiques d'altitude

Les acariens sont peu ou pas présents au dessus de 1200 m d'altitude ; si l'environnement intérieur est contrôlé, une cure à ces altitudes permet de réduire la pression allergénique sur le malade sensibilisé ; c'est l'une des justifications des établissements d'altitude pour la prise en charge de ces malades (enfants et adolescents surtout) lorsque la prise en charge médicamenteuse devient difficile en plaine.

Réf :
Colloff MJ et al. The use of domestic steam cleaning for the control of house dust mites. Clin Exp Allergy 1995;25:1061-6
Colloff MJ et al. Distribution and abundance of dust mites within homes. Allergy 1998;53 (supp 48):24-7
Custovic A, Green R, Smth A, Chapman MD, Woodcock A. New mattresses: how fast do they become a significant source of exposure to house dust mite allergens? Clin Exp Allergy 1996;26:1243-5
De Blay F et al. Métrologie des particules aériennes portant les principaux pneumallergènes. Rev Mal Respir 1995;12:343-52
De Blay F et al. Éviction des pneumallergènes de l'environnement domestique. Rev Mal Respir 2000;17:29-30
Goodman N, Hughes JF. Long-range destruction of Der p 1 using experimental and commercially available ionizers. Clin Exp Allergy 2002;32:1613-9
Hyndman SJ, Vickers LM, Htut T, Maunder JW, Peock A, Higenbottal TW. A randomized trial of dehumidification in the control of house dust mite. Clin Exp Allergy 2000;30:1172-80
Simpson A, Simpson B, Custovic A, Craven M and Woodcok A. Strigent environmental control in pregnancy and early life: the long-term effects on mite, cat and dog allergen. Clin Exp Allergy 2003;33:1183-9
Tovey E et al. Methods and effectiveness of environmental control. J Allergy Clin Immunol 1999;103:179-90
Platt-Mills TA, Vaughan JW, Carter MC, Woodfolk JA. The role of intervention in established allergy: Avoidance of indoor allergens in the treatment of chronic allergic disease. J Allergy Clin Immunol 2000;106:787-804

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1