respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Ventilation non invasive (VNI)

Créé le 05/01/2000 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 28/11/2012)
     
     

La VNI a pour objectif de traiter l'hypoventilation alvéolaire dont le marqueur biologique principal est l'hypercapnie.
Toute insuffisance respiratoire hypercapnique est donc, a priori, une indication de la VNI.
On retiendra les maladies de la pompe respiratoire (pathologies neuro-musculaires ; cyphoscoliose), le syndrome d'obésité-hypoventilation ("overlap syndrome"), l'hypoventilation alvéolaire centrale et, bien que cela soit discuté, l'IRC obstructive avec hypercapnie.

État stable

IRC restrictives : ce sont les meilleures indications de la VNI au long cours : déformations thoraciques (cyphoscoliose) ; maladies neuro-musculaires (Bourke, 2003) (sclérose latérale amyotrophique, séquelles de poliomyélite, myopathies) ; obésité morbide (syndrome obésité-hypoventilation) ; syndrome d'Ondine (hypoventilation alvéolaire centrale congénitale).
Indications :
clinique :
signes de dysfonction diaphragmatique (Celli, 2002) : dyspnée, baisse de l'intensité de la voix, muscles respiratoires accessoires
signes d'hypoventilation nocturne : clinique des apnées du sommeil sans les ronflements et les apnées (asthénie, sommeil non réparateur, cauchemars, céphalées matinales, diminutions des performances intellectuelles, hypersomnolence diurne)
  

signes d'hypercapnie : céphalées, sueurs...    
fonction respiratoire : 
PaCO2 > 45 mmHg
  sommeil : PtcCO2 > 50 mmHg
    résultats attendus
  amélioration des signes cliniques d'hypoventilation
  amélioration de la gazométrie
    amélioration de la PaO2 ; PaCO2 < 45 mmHg
amélioration de l'oxymétrie nocturne : SpO2 > 90 %, > 95 % du temps
   
amélioration du sommeil : score d'Epworth
IRC obstructives : les indications sont plus discutées : BPCO ; mucoviscidose ; dilatations des bronches
Justifications : obstruction bronchique ; hyperinflation dynamique ; fatigue musculaire respiratoire
Indications : en situation d'échec d'OLT
clinique : fatigue, dyspnée, céphalées matinales (signes d'hypoventilation alvéolaire nocturne) plus
fonction respiratoire (1 des critères suffit) :  
PaCO2 > 55 mmHg et notion d'instabilité clinique traduite par des hospitalisations récurrentes pour exacerbation ou décompensation,
La présence d'une PaCO2 > 55 mmHg au repos et stable à différents contrôles ne justifie pas, à elle seule, la mise en place d'une ventilation mécanique au domicile en cas de BPCO.
  Résultats attendus
 

amélioration de la dyspnée, de la somnolence diurne et de la qualité de vie (Tsolaki, 2008) .
reprise de poids chez les malades dénutris (Budweiser, 2006) ;
augmentation des bénéfices de la réhabilitation pulmonaire ;
amélioration du statut fonctionnel et des échanges gazeux (Duiverman, 2008) ;
diminution du nombre d'exacerbations et d'hospitalisations ;
minimisation des coûts, dans la perspective de l'hôpital, pour des patients avec des hospitalisations récurrentes nécessitant une VNI (Tuggey, 2003).

 

amélioration de la dyspnée, de la somnolence diurne et de la qualité de vie (Tsolaki, 2008) .
reprise de poids chez les malades dénutris (Budweiser, 2006) ;
augmentation des bénéfices de la réhabilitation pulmonaire ;
amélioration du statut fonctionnel et des échanges gazeux (Duiverman, 2008) ;
diminution du nombre d'exacerbations et d'hospitalisations ;
minimisation des coûts, dans la perspective de l'hôpital, pour des patients avec des hospitalisations récurrentes nécessitant une VNI (Tuggey, 2003).


Exacerbation
BPCO
La VNI peut réduire le recours à l’intubation lors des exacerbations aiguës de BPCO, en particulier chez les malades qui présentent une acidose respiratoire (pH < 7.35) (Quon, 2008).
Mais ces patients avec BPCO et décompensation hypercapnique, survivant après un traitement avec VNI, ont un risque plus élevé de réadmission et d’événements menaçant la vie (Chu, 2004).
Asthme
discuté ; il est possible que la VNI améliore la fonction respiratoire, fasse disparaître la crise plus vite et réduise significativement le besoin d'hospitalisation et de ventilation mécanique (Sorokski, 2003)
pression expiratoire initiale : 3 cm H2O augmentée de 1 cm toutes les 15 min jusqu'à 5 cm H2O
pression inspiratoire initiale : 8 cm H2O augmentée de 2 cm toutes les 15 min jusqu'à 15 cm H2O ou une fréquence respiratoire < 25 mouv/min
Mucoviscidose
peut être utilisée dans l'attente d'une transplantation
Obstruction des voies aériennes supérieures
peut être utilisée devant un œdème de la glotte suivant une détubation
Défaillance respiratoire aiguë due à des apnées obstructives du sommeil
Œdème aigu du poumon (OAP)

débuter par une CPAP (10 cm H2O) et envisager une VNI si le patient a une hypercapnie importante ou une dyspnée qui ne s'améliore pas

Pneumonie sévère
utile chez les patients avec pneumonie et BPCO ; pas de démonstration d'efficacité chez les autres
Patients immunodéprimés
peut être utile en indication précoce face à une décompensation respiratoire aiguë
Syndrome de détresse respiratoire aiguë
A essayer précocement, chez des malades avec SDRA léger pour essayer d'éviter l'intubation
Traumatisme/chirurgie
peut être utile chez les patients avec atteinte de la paroi thoracique (traumatique ou chirurgicale) ou lors de décompensations respiratoires après chirurgie abdominale
Pathologies restrictives
utile chez les patients avec maladie neuro-musculaire ou déformation de la paroi thoracique en exacerbation

La VNI peut aussi être utilisée pour faire face à une dyspnée chez un malade en phase avancée ou terminale d'une maladie grave (Perrin, 2008).

Méthode
Masque
On débute avec un masque facial pour les indications à court terme.
On poursuit par un masque nasal pour les indications prolongées (> 2-3 jours)

Pression inspiratoire
On peut commencer avec 
  une pression basse (8-10 cm H2O) et monter jusqu'au seuil de tolérance
  une pression élevée (15-20 cm H2O) et baisser jusqu'au seuil de tolérance.
La pression expiratoire est toujours de 4-5 cm H2O.

La surveillance doit être attentive.

Contre-indications 
Malades incapables de coopérer, troubles de conscience, encombrement mais on peut, dans ce cas, s’aider d’un drainage bronchique, hypoxémie résistant à une FiO2 = 100%

Complications
  érythème ou ulcération de l'arête nasale
  douleur de l'arête ou de la muqueuse nasale 
  claustrophobie
  congestion nasale
  douleur des sinus ou des oreilles
  sécheresse muqueuse
  irritation oculaire
  hyperinflation gastrique
  asynchronisme patient-ventilateur

Réf :
Bourke SC, Bullock RE, Williams TL, Shaw PJ, Gibson GJ. Noninvasive ventilation in ALS: indications and effect on quality of life.  Neurology 2003;61:171-7
Brochard L et al. Noninvasive ventilation for acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. N Eng J Med 1995;333:817-22
Budweiser S, Heinemann F, Meyer K, Wild PJ, Pfeifer M. Weight gain in cachectic COPD patients receiving noninvasive positive-pressure ventilation. Respir Care 2006;51:126-32
Celli BR. Respiratory management of diaphragm paralysis. Semin Respir Crit Care Med 2002;23:275-81
Chu CM, Chan VL, Lin AWN, Wong IWY, Leung WS, Lai CKW. Readmission rates and life threatening events in COPD survivors treated with non-invasive ventilation for acute hypercapnic respiratory failure.  Thorax 2004;59:1020-5
Consensus conference : Clinical indications for noninvasive positive pressure ventilation in chronic respiratory failure due to restrictive lung disease, COPD, and nocturnal hypoventilation. Chest 1999;116:521-34
Cuvelier A, Muir JF. Noninvasive ventilation and obstructive lung disease. Eur Respir J 2001;17:1271-81
Duiverman ML, Wempe JB, Bladder G, Jansen DF, Kerstjens HA, Zijlstra JG, Wijkstra PJ. Nocturnal non-invasive ventilation in addition to rehabilitation in hypercapnic patients with COPD. Thorax 2008;63:1052-7
Haute autorité de santé. Comité national d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé. 20 novembre 2012
Hilbert RE et al. Noninvasive ventilation. N Eng J Med 1997;337:1746-52
Liesching T, Kwok H, Hill NS. Acute applications of noninvasive positive pressure ventilation. Chest 2003;124:699-713
Mehta S, Hill NS. Noninvasive ventilation. Am J Respir Crit Care Med 2001;163:540-77
Muir JF, Lamia B, Molano C, Cuvelier A. Assistance respiratoire à domicile : place actuelle de l'oxygénothérapie et de la ventilation non invasive. Presse Med 2009;38:471-84
Perrin C, Jullien V, Duval Y, Defrance C. Place de la ventilation non invasive dans les soins palliatifs et en fin de vie. Rev Mal Respir 2008;25:1227-36
Plant PK et al. Early use of non-invasive ventilation for acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease on general respiratory wards: a multicenter randomised controlled trial. Lancet 2000;355:1931-5
Quon BS, Qi Gan W, Sin DD. Contemporary Management of Acute Exacerbations of COPD - A Systematic Review and Metaanalysis. Chest 2008;133:756-66
Recommandations SPLF pour la prise en charge de la BPCO - Oxygénothérapie et ventilation au long cours. Rev Mal Respir 2003;20:4S50-4S53
Soroksky A, Stav D, Shpirer I. A pilot prospective, randomized, placebo-controlled trial of bilevel positive airway pressure in acute asthmatic attack.  Chest 2003;123:1018-25
Tintignac A, Gonzalez-Bermejo J. Le suivi pratique des patients sous ventilation non invasive au long cours. Rev Pneumol Clin 2009;64:237-47
Tsolaki V, Pastaka C, Karetsi E, Zygoulis P, Koutsokera A, Gourgoulianis KI, Kostikas K. One-year non-invasive ventilation in chronic hypercapnic COPD: effect on quality of life. Respir Med 2008;102:904-11

Tuggey JM, Plant PK, Elliott MW. Domiciliary non-invasive ventilation for recurrent acidotic exacerbations of COPD: an economic analysis.  Thorax 2003;58:867-71

VNI : Méthode

Site à consulter :
Société de Réanimation de Langue Française
: Evans TW et al. Noninvasive positive pressure ventilation in acute respiratory failure: report of an International Consensus Conference in intensive care medicine, Paris, France,13–14 April 2000. Réanimation 2001;10:112-25

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1