respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Système endocrinien diffus

Créé le 21/02/2009 Auteur : H. Bégueret (Mis à jour le 21/02/2009)
     
     

Des cellules montrant une différenciation endocrine sont dispersées dans les épithéliums. L’ensemble de ces cellules peut être plus ou moins artificiellement rassemblé en un système : le système endocrinien diffus (SED).
Ce concept a pour la première fois été établi par Feyrter en 1938 puis précisément décrit par Pearse en 1965 sous le terme de système APUD, les cellules endocrines étant capables de décarboxyler les précurseurs d’amines. Le produit de sécrétion de ces cellules est contenu dans des granules de type neurosécrétoire. Il peut être excrété de façon endocrine, paracrine ou même exocrine. Ces cellules peuvent élaborer un grand nombre d’amines biogènes ou d’hormones polypeptidiques. Cet ensemble cellulaire peut être affecté par divers processus pathologiques notamment tumoraux.
Ces cellules neuroendocrines (NE) sont situées au niveau de l’assise basale de l’épithélium respiratoire bronchique et dans les glandes bronchiques. Leur nombre est maximal lors de la période néonatale puis régresse (1 cellule NE/2500 cellules épithéliales). Elles sont présentes :
-soit isolément, situées au contact de la membrane basale et réalisant de fines projections cytoplasmiques vers la surface.
-soit en petits regroupements appelés corps neuroépithéliaux s’étendant de la membrane basale à la surface de l’épithélium et préférentiellement retrouvés au niveau des bifurcations aériennes. Ils présentent de riches connections synaptiques avec les nerfs adjacents et sont au contact de vaisseaux capillaires.
Leur nombre croît des bronches souches aux bronchioles mais elles sont rarement retrouvées au niveau des bronchioles terminales et des alvéoles. Si certaines cellules du SED, telles que les cellules C, dérivent des crêtes neurales, les cellules NE du poumon sont très majoritairement d’origine endodermique.

Leur implication dans différentes fonctions a été proposée :
- rôle dans la croissance et le développement du poumon : les cellules NE et les corps neuroépithéliaux sont très représentés dans le poumon fœtal puis leur nombre diminue avec l’âge pour être rares chez l’adulte. Ce rôle serait en parti rempli par la bombésine (neuropeptide également appelé gastrin-releasing peptide, considéré comme un facteur de croissance autocrine) et la calcitonine.
- fonction chémoréceptrice : les cellules NE sont sensibles à l’hypoxie aiguë ou subaiguë. Dans ces conditions le nombre des cellules NE diminue. Inversement l’hypoxie chronique (altitude, maladies bronchopulmonaires chroniques obstructives) entraîne une hyperplasie de ces cellules (rôle de la NADPH oxydase).
- contrôle de la tonicité du muscle bronchique : rôle de la sérotonine et de la bombésine.
- rôle paracrine de la prolifération cellulaire de l’épithélium respiratoire : les cellules NE constitueraient une « niche » de cellules souches indispensables dans les processus de réparation de l’épithélium respiratoire mais également impliquées dans les processus néoplasiques.
- précurseurs des tumeurs NE : la population des cellules NE peut être affectée par divers processus pathologiques allant de l’hyperplasie en réaction à une inflammation chronique ou à une hypoxie (hyperplasie neuroendocrine diffuse et tumorlet), aux véritables tumeurs NE (classification de l’OMS 2004).

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1