respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Imagerie
Tomodensitométrie thoracique (TDM)

Créé le 21/01/2008 Auteur : V. Latrabe (Mis à jour le 21/01/2008)
     
     

Les nouvelles générations de scanner correspondent à des scanners multicoupe (ou multibarette) qui ont l’avantage d’une excellente résolution spatiale, d’une rapidité du temps d’acquisition (5 à 10 secondes pour une exploration de la totalité du thorax) permettant une apnée de courte durée et un rehaussement intense et homogène des structures vasculaires.
Parallèlement, le post-traitement de l’image s’est considérablement amélioré avec le développement du 3D MIP (maximum intensity projection), 3D surfacique, VRT (volume rendering technique), et de l’endoscopie virtuelle.

I. TECHNIQUE
L’exploration se fait en coupes fines d’épaisseur sub millimétrique sur l’ensemble du volume thoracique.
L’injection de produit de contraste est nécessaire en cas d’exploration vasculaire (artères pulmonaires, aorte, veine cave supérieure …), de pathologie tumorale notamment pour l’analyse des rapports de la tumeur avec le médiastin. Une exploration abdominale et cérébrale peut être réalisée dans le même temps d’examen sans nécessiter de ré-injection de produit de contraste.

contre-indications
  à l’injection de produit de contraste : insuffisance rénale (clairance de la créatinine < 30 ml/mn)
  nécessité d’indications pertinentes en cas d’allergie à l’iode ou de grossesse

irradiation : fonction de la technique et de la morphologie du patient
  scanner sans injection : 3 mGy
  protocole embolie pulmonaire : 5 mGy
  coroscanner : 8 à 10 mGy

coût (1/01/2008) : 90 € + 10 € si injection de produit de contraste

II. INDICATIONS
indications vasculaires
  embolie pulmonaire : L'angioscanographie est devenue une méthode de première importance dans l'analyse des artères pulmonaires puisqu'elle offre un moyen diagnostique performant et peu invasif. C'est de plus une technique largement diffusée et accessible en urgence. Elle a maintenant remplacé l'angiographie pulmonaire comme examen de référence dans l'exploration des artères pulmonaires.
  pathologie aortique : le scanner est d’une grande aide dans le bilan d’une douleur thoracique pour détecter en urgence une dissection, un anévrysme fissuré …
  syndrome cave supérieur : le scanner permet d’en préciser l’étiologie, l’extension et la possibilité de reperméabilisation par geste endo-vasculaire.

indications pulmonaires
  détection de nodules pulmonaires. Le traitement informatique des données du scanner autorise l’aide du CAD (computer assisted diagnosis) pour la détection de nodules pulmonaires de plus de 2 mm. Le scanner permet également une surveillance évolutive de nodules parenchymateux.
  bilan d’extension d’une masse pulmonaire ou médiastinale (radiographie thoracique anormale, bilan d’une hémoptysie …) : le scanner permet d’analyser l’extension locale (médiastin, paroi, plèvre ..), régionale (adénomégalie médiastinale) et à distance (localisation hépatique, surrénalienne, cérébrale …) et le suivi des lésions sous traitement spécifique.
  détection et surveillance d’un syndrome interstitiel, d’une fibrose pulmonaire, d’une BPCO évoluée, des dilatations de bronche, des lésions infectieuses comme une pneumonie, une tuberculose
  pathologie pleurale …
  bilan traumatique

scanner interventionnel
  biopsie pulmonaire
La biopsie pulmonaire sous guidage tomodensitométrique réalisée dans des cas bien sélectionnés, a un taux de complications faibles et haut rendement diagnostique pour des lésions pulmonaires non accessibles à la fibroscopie.
  drainage d’un épanchement pleural enkysté
  ablathermie d’un nodule parenchymateux
La destruction percutanée d’un nodule pulmonaire (primitif ou secondaire) par radiofréquence est également possible sous contrôle tomodensitométrique pour des lésions répondant à des critères bien définis.

Le risque individuel de cancer induit par ce type d'examen est faible mais la multiplication de ces examens et le nombre de personnes qui les subissent peut constituer un problème de santé publique. On estime aujourd'hui, aux Etats unis, qu'entre 0,4% et 2% des cancers peuvent être attribués aux tomodensitométries (Brenner, 2007). Leur prescription doit donc toujours être attentive et justifiée.

Réf :
Recommandations en matière de prescription de l’imagerie médicale. Adaptées par des experts représentant la radiologie et la médecine nucléaire européennes, en liaison avec le UK Royal College of Radiologists. Sous la coordination de la Commission européenne. 2000
Brenner DJ, Hall EJ. Computed tomography - an increasing source of radiation exposure. N Eng J Med 2007;357:2277-84

A lire

- Scanner spiralé des voies aériennes : reconstructions 3D et endoscopie virtuelle

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2017

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1