respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Hypertension artérielle pulmonaire primitive

Créé le 15/07/1999 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 03/05/2006)
     
     
  
Définition

Pression artérielle pulmonaire moyenne > 25mmHg au repos et 30mmHg à l’effort après exclusion de toutes les causes d’HTAP secondaire (maladies cardiaques, pulmonaires, thrombo-embolique, collagénose).

  
  
Épidémiologie
1-2/1.000.000
Adulte jeune (30-50 ans) ; 2 fois plus d’hommes que de femmes

Anorexigènes : dérivés de l’amphétamine, ils ont été mis en cause dans 2 épisodes épidémiques.
Risque x 6,3 ; risque x 20 si plus de 3 mois d'utilisation

Quelques formes familiales
Ingestion d’huile frelatée en Espagne (1981)
Prise de cocaïne
Survie médiane après le diagnostic : 2,5 ans
  
Physiopathologie
3 éléments
vasoconstriction
remodelage de la paroi vasculaire
thrombose in situ
Déséquilibre métabolites de la prostacycline/métabolites du thromboxane
Déficit de synthèse du NO, vasodilatateur dérivé de l'endothélium 
Excès de production de l'endothéline, vasoconstricteur dérivé de l'endothélium
  
  
Diagnostic
L’HTAPP est un diagnostic d’exclusion car les symptômes sont aspécifiques et tardifs
  
Clinique
Dyspnée d’effort
Autres : fatigue, douleurs thoraciques angineuses, syncopes, oedèmes des membres inférieurs
  
Examen
Tachypnée (>20/min) persistant pendant le sommeil, cyanose
SPR : RAS
Cœur : éclat de B2 au foyer pulmonaire, souffle d’insuffisance tricuspidienne
Autres : oedèmes des MI, hépatomégalie douloureuse, reflux hépato-jugulaire
ECG : signes d’insuffisance ventriculaire droite
  
   
Imagerie 
Cardiomégalie avec dilatation des artères pulmonaires
 
Échocardiographie : confirme l’atteinte du cœur droit et l’HTAP
Scintigraphie de ventilation/perfusion : nécessaire pour exclure une maladie thrombo-embolique
  
EFR
Débits et volumes peu modifiés
Hypoxémie
Épreuve d’effort : dyspnée importante (test de marche)
Cathétérisme cardiaque droit
Permet de porter le diagnostic et de mesurer le niveau de gravité
  
  
Traitement
 

Mesures générales : limiter les efforts qui doivent être arrêtés dès qu’apparaît un symptôme (augmentation du débit cardiaque pouvant augmenter l'HTAP) ; prudence avec l’altitude (les avions sont pressurisés entre 1500 et 2500m ; supplément d’oxygène quelquefois nécessaire)

 
Grossesse mal tolérée contraception  
contraceptifs oraux non recommandés (prothrombotiques) ; risque d'aggravation de l'hypertension ; préférer une contraception mécanique
Anticoagulants si caillots récents ; anti-vitamine K avec INR aux environs de 2
Digitaliques, en cas de fibrillation auriculaire ( hypoxémie, insuffisance rénale)
Diurétiques si œdèmes périphériques
Calcium-bloqueurs : après démonstration de leur utilité pour le malade (prostacycline IV, adénosine, test au NO inhalé)  
Vaccinations : grippe, pneumocoque
Anesthésies générales : uniquement en cas de nécessité
Voie de la prostacycline : dérivés de la prostacycline : prostacycline IV continue par pompe (epoprostenol : FLOLAN) ; treprostinil SC (REMODULIN) ; iloprost inhalé (6-9 inhalations/j) (VENTAVIS)
Voie de l'endothéline : antagonistes des récepteurs de l'endothéline : mixtes : bosentan voie orale (TRACLEER) ; sélectifs : sitaxentan (THELIN), ambrisentan (VOLIBRIS)
Voie du NO : inhibition de la phosphodiestérase 5 : sildénafil voie orale (REVATIO) ; tadalafil (ADCIRCA)
Autres traitements : en évaluation : inhibiteurs de la recapture de la sérotonine ; statines ; vasoactive intestinal peptide ; adrénomédulline ; traitements combinés
Atrioseptosomie : ouverture dans le septum inter-auriculaire ; HTAP sévère ; malades sur liste de transplantation et continuant à se dégrader malgré les traitements
 
Transplantation pulmonaire et cardio-pulmonaire : permet un taux de survie de 80 % à 1 an, 50 % à 5 ans. 
Complication : bronchiolite oblitérante
Réf :
Humbert M, Sitbon O, Simonneau G. Treatment of pulmonary arterial hyperten sion. N Eng J Med 2004;351:1425-36
Rubin LJ. Primary pulmonary hypertension. N Eng J Med 1997;336:111-7

Indications
Classe fonctionnelle II : Les spécialités par voie orale sont indiquées.
  TRACLEER  (bosentan) : amélioration modérée du service médical rendu dans l’HTAP idiopathique ou associée à une connectivite ou à une cardiopathie congénitale.
  ADCIRCA (tadalafil), REVATIO (sildenafil) et VOLIBRIS (ambrisentan) : amélioration mineure du service médical rendu dans l’HTAP idiopathique ou associée à une collagénose systémique.

Classe fonctionnelle III, on peut utiliser :
  par voie orale :
    antagonistes de l’endothéline (TRACLEER ; VOLIBRIS)
    inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 (REVATIO)
  par voie inhalée : VENTAVIS en cas de contre-indication ou d’intolérance hépatique au FLOLAN.
  par voie sous-cutanée continue : REMODULIN au même titre que le FLOLAN. La décision d’entreprendre un traitement par REMODULIN doit prendre en considération la probabilité élevée de devoir maintenir une perfusion sous-cutanée continue au long cours.
  en perfusion I.V. continue : FLOLAN.
Chez ces patients de classe III, les prostacyclines sont données en seconde intention après échec des traitements oraux.
  TRACLEER  (bosentan) : amélioration modérée du service médical rendu dans l’HTAP, idiopathique ou associée à une connectivite ou à une cardiopathie congénitale.
  ADCIRCA (tadalafil), REVATIO (sildenafil) et VOLIBRIS (ambrisentan) : amélioration mineure du service médical rendu dans l’HTAP idiopathique ou associée à une collagénose systémique.
  REMODULIN (treprostinil) et VENTAVIS (iloprost) : amélioration mineure du service médical rendu dans le l’HTAP idiopathique.
  FLOLAN (époprosténol) : amélioration importante du service médical rendu dans l'HTAP idiopathique ou associée à une connectivite.

Classe fonctionnelle IV
  FLOLAN (époprosténol) : seul traitement de référence indiqué chez ces patients ; amélioration importante du service médical rendu dans la prise en charge de l'HTAP idiopathique ou associée à une connectivite.

La transplantation pulmonaire ou cardio-pulmonaire représente le traitement de dernière intention envisagé chez des patients non améliorés au bout de 3 mois par traitement médical.

Critères d’efficacité des médicaments
Prolongation de la durée de vie
Aucun médicament de l’HTAP en dehors de FLOLAN n’a montré d’effet sur la réduction de la mortalité ou le ralentissement de l’évolution de la maladie.
Ces médicaments n'apportent qu'un bénéfice symptomatique modeste sur des critères intermédiaires, notamment le périmètre de marche au test de 6 minutes. Ce bénéfice est modeste et le lien entre l’évolution du périmètre de marche et la morbi-mortalité n’est pas établi.

Réf :
HAS. Commission de la transparence, 5/01/2011

A lire

- Les hypertensions artérielles pulmonaires : nouvelle classification et stratégie thérapeutique - O. Sitbon, 2000

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1