respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Corticostéroïdes inhalés
Effets secondaires

Créé le 02/11/1999 Auteur : FGLMR (Mis à jour le 16/09/2012)
     
     
  
Généralités
 

La relation dose-réponse est difficile à démontrer avec les corticoïdes inhalé  ; il semble exister un plateau au dessus de 1000µg/j équivalent BDP.
Différentes courbes dose-réponses peuvent exister en fonction du paramètre étudié : symptômes, DEP, VEMS, réactivité bronchique

  La partie avalée est métabolisée et n'entre pas dans la circulation systémique
  Seule la partie inhalée passe dans la circulation systémique
 

L'absorption systémique dépend de la dose administrée, du mode de délivrance, de la taille des particules, du lieu de dépôt, des propriétés physico-chimiques (solubilité), de la durée, du moment de l'administration, de la sévérité de la maladie bronchique sous-jacente ; cela peut expliquer certaines différences observées entre volontaires sains et sujets malades

On considère que les effets systémiques surviennent surtout après un traitement au long cours (³ 1 an) à des doses ³ 1500µg/j d'équivalent béclométasone
  Grandes différences de sensibilité inter-individuelles
 

Les essais contrôlés contre placebo, meilleur moyen de démontrer un effet, ne sont réalisables ni éthiquement (pas de corticoïdes inhalés aux malades dans le groupe placebo) ni pratiquement (cures de corticothérapie générale ; longue durée ; grand nombre)

  Surveillance régulière des effets secondaires sur la peau, l’os, les yeux, les surrénales et la croissance
Réf:
Kanda N, Yasuba H, Takahashi T, Mizuhara Y, Yamazaki S, Imada Y, Izumi Y, Kobayashi Y, Yamashita K, Kita H, Tamada T, Chiba T. Prevalence of esophageal candidiasis among patients treated with inhaled fluticasone propionate. Am J Gastroenterol 2003;98:2146-8
   
Effets secondaires locaux
    liés à leur dépôt dans l’oro-pharynx
    candidose (orale et oesophagienne), dysphonie, sifflements, toux chambres, rinçage
 

Bien que souvent considérés comme secondaires, ces effets locaux peuvent avoir une grande importance clinique. 
Ils peuvent décourager l'observance et imiter des diagnostics différentiels importants.

   
Insuffisance surrénallienne
 

Dépression de l'axe hypophyso-surrénallien liée à l'absorption directe par le poumon, non métabolisée.
L'augmentation de la pénétration pulmonaire augmente le risque d'effets secondaires systémiques.

   

Biologique : dose > 800µg/j ; la fluticasone a une relation dose-effet beaucoup plus forte que les autres corticoïdes inhalés

    Clinique : rare (peu de conséquences en pratique) ; quelques cas décrits d'insuffisance surrénale aiguë (surtout avec la fluticasone)
Réf:
Todd GR, Acerini CL, Ross-Russell R, Zahra S, Warner JT, McCance D. Survey of adrenal crisis associated with inhaled corticosteroids in the United Kingdom. Arch Dis Child 2002;87:457-61
  
Croissance
 

La réduction de la taille des adultes asthmatiques est rapportée au retard diagnostique dans l'enfance et à l'atopie.
Avec les corticoïdes inhalés on note :

 
 
Ralentissement transitoire pendant les premiers mois de traitement (0.5 à 3 cm ; moyenne 1 cm)
 
 
Retard de croissance pendant la période pré-pubertaire lié à un retard pubertaire, sans aggravation au-delà
 
 
Pas de différence de taille finale des enfants lorsqu’on les compare à leurs parents
 
Méta-analyse avec BDP inhalé (421 ± 56 µg/j) : pas d'association entre BDP et retard de croissance
A la dose de 636.1 mg/j de budesonide on a observé un retard de croissance chez les enfants pré-pubères atteints d'asthme léger à modéré, comparé au nédocromil ou au placebo (moyenne de 109.4 mg/j de budésonide complémentaire) ; dans la partie observationnelle suivant l'essai, on observe une croissance normale avec une dose moyenne de 381mg/j de budésonide (Kelly, 2012).
Réf:
Allen DB, Mullen M, Mullen B. A meta-analysis of the effect of oral and inhaled corticosteoids on growth. J Allergy Clin Immunol 1994;93:967-76
Brand PLP.  Inhaled corticosteroids reduce growth. Or do they? Eur Respir J 2001;17:287-94
Kelly HW, Sternberg AL, Lescher R, Fuhlbrigge AL, Williams P et al. Effect of inhaled glucocorticoids in childhood on adult height. N Eng J Med 2012;367:904-12
  
Os
 

Chez les sujets sains comme les asthmatiques les modifications apparaissent pour des doses > 800µg/j équivalent BDP ; mais les effets à long terme sont mal connus du fait du manque d'études incluant des malades sans, ou avec très peu, de corticoïdes systémiques dans leur vie.

  Les femmes post-ménopausées sont plus particulièrement à risque oestrogènes
  Action surtout sur le squelette axial
   

Relation inverse entre la dose cumulée de corticoïdes inhalés et la masse minérale mesurée par densitométrie osseuse ; mais l'impact est limité.

   

Le risque de fracture est significativement augmenté par rapport à un groupe contrôle sain mais pas par rapport à un groupe d'asthmatiques ne recevant que des bronchodilatateurs. 

   
Réf :
Suissa S, Baltzan M, Kremer R, Ernst P. Inhaled and nasal corticosteroid use and the risk of fracture. Am J Respir Crit Care Med 2004;169:83-8
Van Staa TP, Leufkens HG, Cooper C. Use of inhaled corticosteroids and risk of fractures. J Bone Miner Res 2001;16:581-8
Wong CA, Walsh LJ, Smith CJ et al. inhaled corticosteroid use and bone mineral density in patients with asthma. Lancet 2000;355:1399-403
  
Digestif
  
effets gastro-intestinaux possibles (gastrite, ulcere, saignement) ; risque réduit par l'usage d'une chambre d'inhalation
 
Réf :
Hansen RA, Tu W, Wang J, Ambuehl R, McDonald C, Murray MD. Risk of adsverse gastrointestinal events from inhaled corticosteroids. Pharmacother 2008;28:1325-34
  
Neuro-psychiatrique
    Exceptionnels : insomnie, dépression, manie, euphorie, cauchemars, somnolence disparaissant à l’arrêt du TTT
  
Infections
    Rien de décrit
  
Intolérance au glucose
    Rien de décrit jusqu’à 2000µg/j (équivalent béclométasone)
     
Autres complications métaboliques
    Rien de décrit jusqu’à 2000µg/j (équivalent béclométasone)
    Obésité ?

Réf :
Wickens K, Barry D, Friezema A, Rhodius R, Bone M, Purdie G, Crane J. Obesity and asthma in 11-12 year old New Zealand children in 1989 and 2000. Thorax 2005;60:7-12

  
Muscles
    Rien de décrit
  
Peau
    Diminution de l’épaisseur du derme, ecchymoses augmentés > 1000µg/j équivalent béclométasone
    Le risque d’ecchymose augmente avec l’âge, la dose et la durée de la corticothérapie inhalée ; c’est un bon marqueur des effets secondaires des corticoïdes
  
Cardio-vasculaire
    Rien de décrit
   
Ophtalmologie
  Les corticostéroïdes inhalés peuvent atteindre les yeux soit par voie systémique soit directement lors de l'inhalation.
    Risque augmenté pour les cataractes sous-capsulaires postérieures et nucléaires aux doses habituelles
    A forte dose ( 1600µg/j) et à long terme (  3 mois), augmentation faible mais significative du risque de glaucome
    Pas de lien démontré pour l’hypertension oculaire et le glaucome à angle ouvert
    On conseille cependant (> 1500µg/j équivalent béclométasone) un contrôle ophtalmologique annuel ou bi-annuel
     
Au total,
  Utiliser la dose minimale nécessaire au contrôle de la pathologie
  Tous les corticoïdes inhalés peuvent entraîner des effets systémiques dépendant de la dose et de la durée du traitement
  Surveiller les effets secondaires potentiels des corticoïdes inhalés surtout lorsqu'ils sont utilisés à forte dose sur de longues périodes
  
Réf :
Cave A, Arlett P, E Lee. Inhaled and nasal corticosteroids: Factors affecting the risks of systemic adverse effects. Pharmacol Ther 1999;83:153-79
Lipworth BJ. Systemic adverse effects of inhaled corticosteroid therapy. Arch Intern Med  1999;159:941-55
McEvoy CE et al.  Adverse effects of corticosteroid therapy for COPD – A critical review. Chest  1997;111:732-43
Tattersfield AE, Harrison TW, Hubbarb RB, Mortimer K. Safety of inhaled corticosteroids. Proc Am Thorac Soc 2004;1:171-5
 
Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1