respir.com
respir.com
 

Un site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires
Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
respir.com

La Revue de RespirWebConférencesDiaporamas & PrésentationsInscriptionContact

Respir.com est un site gratuit mis en ligne pour tous par la FGLMR. Il n'a pas recours à la publicité.

S'il vous est utile, aidez-nous à le maintenir en ligne (Cliquez ici).

base documentaire
contact
collaborateurs
recherche approfondie
imagerie
bibliographies
formation santé
Université de Bordeaux II
tabacologie
cas cliniques

Anticholinergiques
Récepteurs

Créé le 28/11/2001 Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 02/03/2012)
     
     

On distingue 2 classes de récepteurs à l'acétylcholine
muscariniques
nicotiniques

que l'on trouve sur
le système neuro-musculaire des voies aériennes
les cellules participant à la réaction inflammatoire bronchique

Le système neuro-musculaire

Il y a 5 types de récepteurs muscariniques dont 3 (1, 2, 3) existent dans le poumon.
Le muscle lisse bronchique a des récepteurs M2 et M3 ; sa contraction est surtout liée aux récepteurs M3 bien qu'ils soient 4 fois moins nombreux que les M2.
Il existe des récepteurs M2 pré-jonctionnels inhibiteurs sur les neurones post-ganglionnaires qui limitent la libération d'acétylcholine.
Les récepteurs M1, qu'on retrouve au niveau des ganglions, facilitent la neuro-transmission ; leur rôle dans la réactivité bronchique est discuté.
Les glandes sous-muqueuses des voies aériennes ont des récepteurs M1 et M3 ; la sécrétion est surtout liée aux M3 bien qu'ils soient 2 fois moins nombreux que les M1.
Les récepteurs M3 jouent un rôle, sans doute mineur, dans la dilatation des vaisseaux bronchiques.

Les récepteurs nicotiniques sont distingués en neuronaux ou musculaires selon leur localisation.

Une modification de l'activité de ces récepteurs a été montrée après des infections virales, une exposition à l'ozone ou une stimulation allergénique.

Cellule musculaire lisse

Le système anticholinergique non neuro-neuronal

Ce système peut augmenter le tonus cholinergique et induire une inflammation, un remodelage, une hypersécrétion muqueuse et une toux chronique sèche (Pieper MP, 2012).

Mastocyte
Les mastocytes pulmonaires ne semblent pas avoir de récepteurs nicotiniques ; on trouve des récepteurs M1.
L'acétylcholine semble inhiber la libération d'histamine.

Monocytes
Les monocytes ne semblent pas avoir de récepteurs musacriniques.
L'acétylcholine ou la nicotine réduisent la sécrétion de TNF-a.

Macrophages
Les macrophages ont des récepteurs nicotiniques et muscariniques M2 et M3.
L'acétylcholine/nicotine inhibent la libération de TNF-a, IL-6 et IL-12.
La stimulation de M3 stimule la libération de leucotriènes, surtout LTB4.

Neutrophiles
Les récepteurs nicotiniques sont faiblement exprimés ; les récepteurs muscariniques sont de type M3, M4, M5.
Les récepteurs nicotiniques sont surexprimés chez les fumeurs, surtout sur les neurones.

Eosinophiles
Il ne semble pas y avoir de récepteurs muscariniques sur les éosinophiles.
Les récepteurs nicotiniques sont surtout formés des récepteurs a3, a4, a7.
La stimulation nicotinique inhibe la libération de LTC4 et MMP-9 (matrix metalloprotease).

Lymphocytes
Les récepteurs nicotiniques sont présents sur les lymphocytes T et B.
Les récepteurs muscariniques M3, M4, M5 sont présents sur les lymphocytes T.
La stimulation cholinergique induit la prolifération des lymphocytes B, la production de NO (récepteurs muscariniques) et inhibe l'apoptose (récepteur nicotinique a7).

Cellules épithéliales
Les cellules épithéliales ont des récepteurs nicotiniques et muscariniques M3.
L'acétylcholinqe provoque la libération de GM-CSF, LTBA et PGE2 qui participent au recrutement de cellules inflammatoires.
L'exposition chronique à la nicotine désensibilise à des degrès divers (sans doute moins dans les bronches proximales) les récepteurs nicotiniques.

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données publiées dans ce texte.

Réf :
Belmonte KE. Cholinergic pathways in the lungs and anticholinergic therapy for chronic obstructive pulmonary disease. Proc Am Thorac Soc 2005;2:297-304
Gwitt CR, Donnelly LE, Rogers DF. The non-neuronal cholinergic system in the airways: an unappreciated regulatory role in pulmonary inflammation?
Pharmacol Ther 2007;115:208-22
Pieper MP. The non-neuronal cholinergic system as novel drug target in the airways. Life Sci 2012;91:1113-8

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Tous droits réservés
© Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR) 2018

Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage et mentions légales, en accepter et en respecter les dispositions.

Respir.com est enregistré à la C.N.I.L. sous le n°757727 VERSION 1